Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Cinq maires de Seine-Saint-Denis déposent un recours contre l’Etat pour «rupture d’égalité»

-
Par , France Bleu

Les villes de Saint-Denis, Stains, l’Ile-Saint-Denis, Aubervilliers et Bondy déposent un recours pour demander une indemnité au nom du manque de soutien de l’État à leur département.Une demande adressée au Premier ministre ainsi qu’au ministère de l’Économie, de la Justice ou de l’Éducation.

Cinq maires de Seine-Saint-Denis déposent un recours contre l'Etat pour "rupture d'égalité".
Cinq maires de Seine-Saint-Denis déposent un recours contre l'Etat pour "rupture d'égalité". © Radio France - Hugo Charpentier

Bobigny, France

Moins de policiers, une justice lente et des enseignants qui ne restent pas. Cinq maires de Seine-Saint-Denis déposent un recours contre l'Etat pour "rupture d'égalité".  Ce recours est une réponse à un rapport publié en mai 2018,  qui avait mis en évidence des inégalités de traitement de l'Etat vis-à-vis de ce département qui cumule pourtant les difficultés sociales.  Les élus des villes de Saint-Denis, Stains, l'Ile-Saint-Denis, Aubervilliers et Bondy se sont donc réunis hier (samedi) matin sur le parvis de la Préfecture de Bobigny. Ensemble, ils ont tenu une conférence de presse pour officialiser ce recours en justice. 

Rupture d'égalité

C'est autour d'une table installée pour l'occasion que les cinq élus des communes concernées ont pris place. Micro en main, Azzédine Taibi maire (PCF) de Stains prend en premier la parole. "Nous réclamons en Seine-Saint-Denis que l'égalité soit rétabli et que la République ne tourne plus le dos à nos villes et quartiers populaires" annonce l'édile. A côté du maire de Stains, une pancarte sur laquelle il est écrit "à Stains un policier pour 580 habitants" alors qu' "à Paris" poursuit Azzédine Taibi, c'est "un policier pour 320 habitants ! C'est juste intolérable et là il y a véritablement une rupture d'égalité". 

Nous ne sommes pas des pleureuses. Sylvine Thomassin, maire de Bondy.

Ce constat est valable aussi en matière d’éducation ou de justice explique un à un les maires au micro. Mais le maire de Bondy, Sylvine Thomassin, insiste sur un point :  ce qu'elle et ses "collègues élus" réclament c'est l'égalité de traitement et rien d'autre. "Nous ne sommes pas des pleureuses, on veut juste que l'Etat nous traite correctement" s'indigne t'elle avant d'ajouter, interrogative : "Pourquoi est-ce qu'on remplace moins les enseignants en Seine-Saint-Denis qu'on ne les remplace ailleurs ? Pourquoi est-ce qu'on a moins de rondes policières qu'ailleurs ?" 

Tous ces élus donnent désormais à l'Etat deux mois pour agir. Si rien est fait d'ici là,  ils saisiront alors le tribunal administratif par l’intermédiaire de leur avocat maitre Arié Alimi. "La sous-préfète a contacté l'un des maires pour lui dire 'mais où va t-on ?' Et bien, là où l'on va, c'est obliger l'Etat à réagir là où il n'a pas réagi pendant des décennies et ce n'est pas admissible". En attendant, le gouvernement a mis en place des des groupes de travail chargés de réfléchir aux "enjeux de ce territoire". Une action que les élus locaux jugent "insuffisante" compte tenu, disent-ils, de l'urgence.

Choix de la station

France Bleu