Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Clermont-Ferrand : le tribunal de commerce demande des comptes au groupe Gibert-Joseph

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Le tribunal de commerce qui examinait ce mardi la liquidation judiciaire des magasins Gibert de Clermont-Ferrand s'est donné 24 heures de réflexion pour statuer. Le président soupçonne la direction d'avoir profité de la crise sanitaire pour annoncer la liquidation.

Les salariés de Gibert-Joseph devant leur magasin à Clermont-Ferrand.
Les salariés de Gibert-Joseph devant leur magasin à Clermont-Ferrand. © Radio France - Claudie Hamon

Deux autres enseignes d'Aubergenville dans les Yvelines et de Chalon-sur-Saône en Saône-et-Loire sont également mises en liquidation judiciaire. Une décision déjà actée pour les 13 salariés d'Aubergenville. 

Liquidation judiciaire des magasins Gibert-Joseph de Clermont-Ferrand. Au tribunal de commerce.
Liquidation judiciaire des magasins Gibert-Joseph de Clermont-Ferrand. Au tribunal de commerce. © Radio France - Claudie Hamon

Cette décision brutale de liquider les magasins Gibert-Joseph Clermontois a du mal à passer auprès du président du tribunal de Commerce. "C'est même l'incompréhension totale" explique Jean-Philippe Baré, représentant des salariés, "pourquoi la direction a fait ça pendant le confinement ? " Un effet d'aubaine reproché d'ailleurs aux différents directeurs du groupe venus de Paris. 

"Pourquoi  avant la crise sanitaire, le groupe recherchait un directeur pour Clermont-Ferrand si c'était pour fermer les magasins quelques semaines plus tard ?" argumente Rémy Frey, délégué CGT chez Gibert-Joseph, Paris. "Pourquoi, aucun recours en justice n'a été déposé si l'entreprise allait si mal ?" Poursuit Jean-Philippe Baré. Des incohérences qui n'ont pas échappé, non plus, au tribunal. 

"On espère que ces contradictions plaident en notre faveur," souligne Jean-Philippe Baré qui ne se fait aucune illusion. "Si déjà on pouvait transformer cette liquidation en redressement judiciaire ce serait déjà bien."

La direction de Gibert-Joseph réfute l'effet d'aubaine. Pour elle, la fermeture des trois magasins est nécessaire pour sauvegarder les autres enseignes. Le groupe emploie 750 personnes dans toute la France. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu