Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Clermont-Ferrand : les bars et les restaurants dans les starting-blocks

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Les bars et les restaurants sont impatients de retrouver leur clientèle. A Clermont-Ferrand, de nombreux établissements offrent des boissons ou des plats à emporter, mais ce n'est pas entièrement satisfaisant.

Romain REBUISSON, le propriétaire du Lard et la Manière à Clermont-Ferrand.
Romain REBUISSON, le propriétaire du Lard et la Manière à Clermont-Ferrand. © Radio France - Claudie HAMON

Déconfinement acte II. Le gouvernement s’apprête à desserrer un peu plus l’étau avec la possible réouverture à partir du 2 juin des lycées, des cafés et des restaurants, de certains parcs et jardins, ainsi que la levée ou l'allègement des restrictions de déplacements au-delà des 100 km. Les patrons de bars et les restaurateurs attendent beaucoup de l’intervention d’Edouard Philippe ce jeudi après-midi (16 heures). Fermés depuis plus de deux mois, ils espèrent tous maintenant une réouverture au moins progressive de leurs établissements et un assouplissement des mesures barrière.  

"Revoir les copains et sortir tous ensemble"

Cela fait plusieurs semaines que certains établissements renouent avec leur clientèle en distribuant à leur porte des plats à emporter. "Mais ce n'est pas pareil," explique cette jeune femme qui travaille en ville, "c'est galèrepour la pause déjeuner, j'alterne entre les boulangeries et les ventes à emporter des restaurants. Ça nous manque de se poser sur une terrasse entre collègues. On a hâte de retrouver nos restaurateurs." Pour ces jeunes clients qui attendent leur bière en face de leur brasserie préférée, il est temps que les bars et les restaurants rouvrent : _"revoir les copains, sortir tous ensemble_. Là, on ne peut pas se poser en terrasse, faut se restreindre à 10 personnes, c'est compliqué." 

Sébastien Rastoix et Vincent Imbert propriétaires des restaurants Le Devant et Le Derrière.
Sébastien Rastoix et Vincent Imbert propriétaires des restaurants Le Devant et Le Derrière. © Radio France - Claudie HAMON

"La vente à emporter, ce n'est pas notre métier"

Le restaurant Lard et la Manière, rue des Minimes, offre de la vente à emporter depuis un mois, mais il a du mettre six salariés au chômage partiel. "Ça a bien marché au début," explique le propriétaire, Romain Rebuisson, "mais petit à petit, tous les restaurants s'y sont mis et ce n'est pas très rentable." Qu'attend-t-il du premier ministre ? "_Surtout de l'indulgence sur les distanciations_. On a une trentaine de places, si on doit réduire de moitié, ça va être compliqué ! De toute façon on rouvrira progressivement quelques jours par semaine. Et on dé-confinera la moitié de l'équipe." 

Même inquiétude chez Vincent Imbert, de la brasserie Le Derrière et son associé Sébastien Rastoix du Devant, "On avait le projet de faire des pizzas en septembre prochain, finalement on a profité de la vente à emporter pour le faire. On a hâte de reprendre, mais la grosse interrogation, c'est dans quelles conditions ? J'ai 22 places, je ne sais pas encore comment je vais m'organiser pour sécuriser mes serveurs et mes clients. Nous avons reçu quelques recommandations de notre syndicat",, explique Sébastien Rastoix, "l'UMIH, l'Union des Métiers de l'Industrie et de l'Hôtellerie nous a recommandé de respecter un mètre de distance entre chaque table."

Tous les établissements ne sont pas logés à la même enseigne. Olivier, du bar de nuit Le Bikini, ne se fait pas d'illusion. "Mon établissement est trop petit pour observer les mesures de distanciation. Je n'attends qu'une seule chose, ouvrir sans entrave, et je ne crois pas que cela sera possible tout de suite."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess