Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Clermont-Ferrand: un éclairage public intelligent unique au monde

mercredi 8 novembre 2017 à 16:35 Par Dominique Manent, France Bleu Pays d'Auvergne

Il fonctionne en toute discrétion depuis trois ans. Le nouveau système de télégestion de l'éclairage public à Clermont-Ferrand a permis de diminuer l'intensité lumineuse, faire des économies d'énergie et détecter au plus vite les pannes.

Tous les points lumineux gérés par une même armoire électrique dans un quartier du centre ville
Tous les points lumineux gérés par une même armoire électrique dans un quartier du centre ville © Radio France

Clermont-Ferrand, France

Avant 2013, des agents de la ville parcouraient les rues de Clermont toutes les nuits pour détecter les points lumineux qui ne fonctionnaient pas. Depuis, un seul agent peut chaque matin avoir le relevé des pannes sur son ordinateur.Chacun des 16.500 points lumineux de la ville est répertorié en détail (positionnement, type d'ampoule, raccordement électrique, etc...) et visible sur un écran. Si le point figure en bleu , tout va bien, sinon, un code couleur donne une indication sur le type de panne possible.

Tout se fait par courant porteur. Le point lumineux est connecté avec une armoire électrique (215 dans la ville), elle même connectée à l'unité centrale. Ce système de télégestion permet donc d'être plus efficace pour réparer ce qui ne marche pas. En moyenne, 97% des candélabres clermontois éclairent chaque nuit, 1% sont en panne et les 2% restant sont soit débranchés (pour des travaux par exemple) ou ont connu un problème de connexion.

Un modèle qui s'exporte

Mais l'autre grand avantage de ce système est de pouvoir régler avec précision l'intensité lumineuse dans les rues. Pour chaque point lumineux, il est possible de baisser cette intensité à un niveau et un horaire choisis à l'avance. Dans 70% de la ville, l'intensité a baissé de 50%, sans qu'aucune récrimination ne soit parvenue à la mairie. L'intensité peut même être encore plus faible dans certains quartiers, par exemple les zones industrielles.

Cela permet de faire une économie d'énergie de 30 à 35%. Pour autant, rien n'est figé. L'avantage de cette télégestion est justement de pouvoir modifier à chaque instant l'intensité de chaque point lumineux. Par exemple, elle a augmenté dans certaines rues pour des raisons de sécurité ou bien au droit de certains passages piétons pour éviter qu'ils ne restent dans une certaine pénombre.

Cette innovation permet à la ville de Clermont d'être souvent cité en exemple dans des congrès internationaux et de recevoir les responsables de villes qui aimeraient bien mettre en place ce système . Pau, Cannes, Toulouse, Marrakech ou encore Bamako sont déjà venus voir comment cela fonctionnait. Mais pour installer la télégestion, il faut que le réseau électrique d'éclairage public soit en bon état, ce qui n'est pas le cas partout. Quelques villes se sont donc contentées de commencer par les quartiers récents.