Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La collectivité européenne d'Alsace

Collectivité européenne d'Alsace : faut-il changer le calendrier après le confinement ?

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Faut-il reporter la mise en place de la collectivité européenne d’Alsace ? La CFDT demande aux deux départements alsaciens un délai supplémentaire. Le syndicat veut plus de temps pour négocier le statut de ses futurs agents.

Dans le hall de l'hôtel du département du Bas-Rhin, un tableau en hommage à la future CEA
Dans le hall de l'hôtel du département du Bas-Rhin, un tableau en hommage à la future CEA © Radio France - Corinne FUGLER

La nouvelle institution doit voir le jour en janvier 2021. Or elle fera travailler des agents venus à la fois de L’État et des deux départements alsaciens. Tous ces personnels bénéficient pour le moment de statuts différents. Il faut remettre à plat leurs conditions de travail et de rémunération. Avec le confinement, toutes les discussions avec les partenaires sociaux ont été suspendues. L’élaboration d’un protocole d’accord entre la future collectivité et les organisations syndicales prend du retard. 

Les syndicats CFDT Interco du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ont donc écrit aux président des deux conseils départementaux alsaciens, Brigitte Klinkert et Frédéric Bierry pour leur demander de différer l’entrée en vigueur de la nouvelle « collectivité européenne d’Alsace ».

La CFDT demande un nouveau calendrier

« Il faut reporter cette réforme car on n’a pas le temps de travailler dessus », insiste Philippe Malaisé, secrétaire du syndicat Interco 67. « On va fusionner beaucoup de services des deux départements qui ont chacun des modes de fonctionnement très différents. » 

D'ici le 1er janvier 2021, il faut harmoniser les services, revoir l’organisation des hiérarchies en place actuellement dans chaque institution et répartir les effectifs sur l'ensemble du territoire alsacien.

Les nouvelles compétences de la C.E.A. vont aussi obliger les équipes des deux institutions à se former ou à recruter. « Même au niveau de l’État,  toutes les réformes territoriales ont été suspendues et reportées de six mois, il n’y a pas de raison de ne pas faire de même au niveau alsacien » précise le responsable syndical. 

La réorganisation des routes, un gros chantier

3.600 agents travaillent pour le Conseil départemental du Bas-Rhin, 2.500 dans le Haut-Rhin.

Les deux départements, en charge du social, emploient des centaines d’assistants familiaux. Ils gèrent aussi un important réseau routier. La nouvelle collectivité va de plus récupérer les routes nationales situées sur son territoire. Elle va donc devoir intégrer des personnels de l’Etat dont le statut diffère de celui de leurs homologues des deux départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin.

« Rien que la question de la gestion des routes est un très très gros dossier », constate Philippe Malaisé. « Il ne s’agit pas du tout d’une prise de position "pour" ou "contre" la collectivité européenne d’Alsace. Mais la CFDT ne veut pas que cette transformation se fasse dans de mauvaises conditions. Il vaut mieux prendre le temps de bien faire les choses ! »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess