Économie – Social

Comment fonctionne Domadélis, le "Deliveroo" stéphanois ?

Par Kevin Boderau, France Bleu Saint-Étienne Loire samedi 12 août 2017 à 18:18

L'entreprise Domadélis livre des repas à Saint-Étienne depuis 2008
L'entreprise Domadélis livre des repas à Saint-Étienne depuis 2008 © Radio France - Kevin Boderau

Les coursiers de la société de livraison de repas à domicile Deliveroo ont manifesté cette semaine. Ils ne veulent pas de la suppression de la rémunération horaire. Son pendant Stéphanois, Domadélis, installé depuis 2008, lui a choisi une autre voie pour ses livreurs.

Après des manifestations à Bordeaux et Lyon, les coursiers deliveroo se sont mobilisés à Paris ce vendredi soir. Ils dénoncent la suppression de la rémunération horaire, comme c'était le cas jusqu’à maintenant, par un remplacement d'une unique rémunération à la course. Un changement sur la fiche de paie conséquent pour certains.

La fiche de paie justement. La coursiers de Deliveroo ou de l'autre géant du marché Foodora ont le statut d'auto-entrepreneur. Présents dans la plupart des grandes villes de France, ces deux sociétés de livraison de repas à domicile ne se sont pas (encore ?) implantées à Saint-Étienne, mais une société, Domadélis, propose des services du mêmes types depuis 2008. La société stéphanoise (également implantée à Valence et Lyon) fonctionne avec des salariés "classiques", et donc pas rémunérés "à la course" comme l'explique son co-gérant Aurélien Trotta : "nous c'est vraiment un job étudiant mais, ils (les livreurs) sont tous en CDI et ils bénéficient donc d'une protection sociale et tout ce qui va avec. Je pense que cela leur convient"

Des coursiers moins livrés à eux-mêmes

ils sont une quinzaine de coursiers à se relayer toute la semaine pour assurer la cinquantaine de repas livrés à chaque service. Des jeunes qui restent encadrés toute la soirée contrairement aux autres systèmes où les livreurs reçoivent directement les commandes sur leurs téléphones : nos livreurs ne sont pas en autonomie comme chez Deliveroo ou Foodora où ils vont rester toute la soirée dehors. Ils reviennent au local à chaque commande".

Adopter le système de Deliveroo n'est pas à l'ordre du jour chez Domadélis mais c'est une piste de réflexion précise Aurélien Trotta : "changer l’organisation demande des investissements, mais automatiquement (avec le système des commandes reçues directement par les coursiers) nous gagnerions en temps et qui dit gain de temps dit gain de commandes et donc d'argent".