Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Comment les stations de ski des Pyrénées fixent-elles leurs dates de fermetures ?

jeudi 4 avril 2019 à 21:08 Par Mathieu Ferri, France Bleu Occitanie

La plupart des stations des Pyrénées ont fermé leurs domaines, après une saison qui a démarré tard, faute de neige. Et difficile de faire une rallonge, quand la date de fin a été fixée bien à l'avance...

La station de ski des Monts d'Olmes, en Ariège (illustration)
La station de ski des Monts d'Olmes, en Ariège (illustration) © Radio France - Stéphane Garcia

Boutx, France

La saison touche à sa fin, pour les stations de ski des Pyrénées. Les dernières ferment ce week-end, après une saison qui a démarré tard, où la neige n'est venue qu'après Noël. En Ariège, Ax-Trois-Domaines est la dernière, elle fermera dimanche soir. Idem pour Les Angles, dans les Pyrénées-Orientales. A la limite de la Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées, Peyragudes avait fini la saison, mais elle rouvre exceptionnellement ce week-end, pour une dernière fois. Ailleurs, certaines stations ont stoppé les télésièges depuis quinze jours déjà : en Ariège Guzet-Neige est fermée depuis le 24 mars. Dans le Comminges, Superbagnères en a terminé depuis le 31 mars, idem pour le Mourtis. Pareil pour Saint-Lary-Soulan, dans les Hautes-Pyrénées.

Mais comment les stations fixent-elles ces dates de fermeture ? En fait, elles sont définies avant même le lancement de la saison : on sait quand on ouvre, on sait quand on ferme. Pour ça, les gestionnaires regardent le calendrier de l'année, et ils cochent plutôt les fins de mois pour fermer définitivement les pistes. Mais il y a tout de même une petite place pour l'imprévu, en fonction de la météo. Il est possible de faire une rallonge éventuellement, mais si et seulement si elle est anticipée, si des moyens ont été prévus, au cas où. Car il est difficile d'être hyper souple, et de décider de faire venir ou de garder des saisonniers au dernier moment.

Gestionnaires et commerçants doivent aussi se mettre d'accord

Et puis surtout, il faut que l'ensemble des professionnels du ski soit d'accord. A Luchon-Superbagnères, le syndicat mixte Haute-Garonne Montagne a bien tenté une rallonge pour ce premier week-end d'avril. Mais tout le monde n'a pas suivi, explique Hervé Pounau le directeur général du syndicat : "on a fait le tour, et les commerçants nous ont dit qu'ils souhaitaient fermer. Evidemment, ça fait réfléchir, car on ne peut pas ouvrir une station sans commerces. Si nous on offre du ski, il faut ouvrir derrière les services. Que les gens puissent se restaurer et louer du matériel. Là, ce n'était plus le cas. Les conditions n'étaient plus réunies, il valait mieux s'arrêter".

"Les commerçants souhaitaient fermer. Et on ne peut pas faire tourner une station sans commerces" - le directeur du syndicat mixte Haute-Garonne Montagne 

Les stations de ski fermées ont actuellement en phase de repli : on y enlève le matériel et on protège les installations jusqu'à l'hiver prochain. Une phase qui dure 10 à 15 jours.