Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Commerçants à la campagne, ils bénéficient d'un "coup de pouce"

vendredi 9 février 2018 à 20:56 Par Olivia Cohen, France Bleu Cotentin

Pour lutter contre la désertification des villages, la CCI est prête à donner un "coup de pouce" aux petits commerçants qui souhaitent se maintenir en zone rurale : à Saint-Pierre-Église, près de Cherbourg, deux commerçants ont bénéficié du dispositif.

Ce bistrot a bénéficié du dispositif "coup de pouce"
Ce bistrot a bénéficié du dispositif "coup de pouce" © Radio France - Olivia Cohen

Saint-Pierre-Église, France

Pas toujours facile pour les petits commerces de campagne de tenir le coup : une solution, baptisée "coup de pouce" et pilotée par la Chambre de commerce et d'industrie de Normandie, a vu le jour fin 2016. Les petits commerçants ou artisans qui s'installent ou souhaitent reprendre un commerce en zone rurale peuvent toucher une subvention de la région. Pour y souscrire, deux conditions : l'entreprise doit employer moins de cinq salariés et avoir moins de six mois d'existence.

Pour rendre les commerces viables sur le long terme, les bénéficiaires du "coup de pouce" sont suivis pendant trois ans, explique Nathalie Guilbaud, conseiller entreprises création-reprise à la CCI Cotentin :

Un entretien par trimestre est prévu la première année après l'installation, trois la deuxième année et deux la troisième. Le but est de rendre le chef d'entreprise autonome.

La clientèle va-t-elle suivre ?

155 Manchois ont bénéficié de ce "coup de pouce" depuis sa création, dont 61 dans le Cotentin, soit six millions d'aides distribuées. Dans le Val de Saire, près de Cherbourg, huit commerçants ont été aidés, dont deux à Saint-Pierre-Église. La maison de la presse a été reprise avec l'aide de ce dispositif par Régine, qui a touché plus de 10 000 euros pour changer toutes les vitrines : 

Être suivi pendant trois années, c'est rassurant. Moi, j’attends vraiment après ça !

Autre bénéficiaire à Saint-Pierre-Église : Le P'tit Bistrot, sur la place, repris il y a près d'un an par Guillaume et son épouse, tombés sous le charme de l'établissement construit en 1925. Ils n'ont pas touché à la décoration initiale pour conserver le charme des lieux. Les 6 150 euros de subvention ont été investis ailleurs : 

La cuisine commençait à devenir vétuste, c'était bien pour démarrer mais maintenant, on va remettre au propre tout ça et on va investir dans une nouvelle terrasse, en prévision de l'été, car il y aura pas mal de concerts sur la place. 

Une subvention dépanne, mais elle ne fait pas venir la clientèle. Pas d'inquiétude sur ce point, Guillaume est confiant :

Ici, les gens ont la fibre de venir prendre un café le matin ou boire un coup après le boulot, donc on ne peut que être confiant.

Le P'tit Bistrot a conservé sa décoration d'origine - Radio France
Le P'tit Bistrot a conservé sa décoration d'origine © Radio France - Olivia Cohen