Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Commerces de proximité : les arrêtés de réouverture sont illégaux assure le porte-parole des maires mayennais

-
Par , , France Bleu Mayenne

La fronde des élus locaux s'étend partout en France pour contester la fermeture des petits commerces "non-essentiels", décidée en raison du reconfinement. Depuis vendredi, de nombreux maires signent des arrêtés (illégaux) autorisant la réouverture des commerces non-alimentaires en centre-ville.

Rue commerçante
Rue commerçante © Maxppp - Jean-Marc Quinet

Face au nouveau confinement mis en place vendredi, de nombreux maires ont pris un arrêté pour protéger leurs commerces non-alimentaires de proximité. La plus grande ville à avoir appliqué cette mesure est Perpignan. Louis Aliot, du Rassemblement National, dénonce une inégalité de traitement entre les grandes surfaces et le centre-ville. 

Plus près de chez nous, dans les Alpes Mancelles, la commune de Fresnay-sur-Sarthe a pris un arrêté similaire. Aucun maire mayennais n'a entrepris, pour l'instant, la même démarche explique Joël Balandraud, à la tête de la petite ville d'Evron et président de l'AMF 53, l'association départementale des maires : "localement, on n'a pas de pouvoir dans ce dossier. C'est un secret pour personne, ni pour les maires qui ont pris de tels arrêtés. Ils sont illégaux. Il y a un décret du gouvernement. Les maires ne peuvent rouvrir les commerces comme ils veulent. Dans cette affaire, je sais que nous allons être sollicités, il y a un mérite c'est de dire notre solidarité vis-à-vis de nos commerçants indépendants mais ce qui se passe ça peut créer des tensions, ça peut monter les gens les uns contre les autres". 

L'AMF 53 ne demandera donc pas à ses élus d'aller dans cette voie-là : "on fait croire à des gens qu'on peut les défendre et qu'on peut maintenir les commerces ouverts. La seule chose qu'ils risquent c'est une amende et d'être critiqué pour ne pas avoir respecté la loi". 

Cela dit, tous les élus du département exigent du gouvernement la réouverture des commerces de proximité. Une décision sera prise d'ici deux semaines en fonction de l'évolution de l'épidémie de Covid-19.

Après les libraires, les marchands de jouets protestent à leur tour contre la fermeture qui leur est imposée. Leur fédération a annoncé le dépôt d'un référé devant le Conseil d'Etat contre la vente de jouets dans les hypermarchés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess