Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Commissariat de Strasbourg : des policiers en arrêt maladie pour protester contre le sous-effectif

jeudi 6 septembre 2018 à 17:44 Par Céline Rousseau et Olivier Vogel, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Plusieurs policiers du commissariat de Strasbourg sont en arrêt maladie depuis mardi. Ils protestent contre le sous-effectif du commissariat central qui les contraint à ne pas pouvoir effectuer correctement leur travail.

Police nationale (illustration).
Police nationale (illustration). © Maxppp - Alexis Sciard

Strasbourg, France

Mardi 4 septembre au matin, une cascade d'arrêts maladie s'abat sur le commissariat central de Strasbourg. Six policiers du groupe d'appui judiciaire annoncent qu'ils sont en arrêt maladie jusqu'à dimanche. 

Sept au lieu de vingt pour gérer les gardes à vue

Ils veulent protester contre le sous-effectif du service qui devrait en théorie compter une vingtaine de fonctionnaires. La veille, le lundi, ils n'étaient que sept. Il a donc fallu en urgence rapatrier d'autres fonctionnaires pour gérer les vingt personnes en garde à vue à 10h du matin. 

Le groupe d'appui judiciaire assure la gestion des gardes à vue des personnes interpellées. Et il faut du monde pour assurer le service de 6h à 20h, explique Emmanuel Georg, le secrétaire départemental adjoint d'unité SGP Police Force Ouvrière : "le moindre acte de mise en garde à vue vous en avez pour trois quart d'heure, une heure. Entre-temps, il faut prévenir le magistrat, il faut remplir un tas de registres, faire de la paperasse pour arriver à débuter l'enquête". 

Force Ouvrière réclame la réaffectation d'urgence de 70 policiers à Strasbourg pour que le commissariat puisse respirer. Au 1er septembre, 40 policiers sont partis de Strasbourg, seuls 25 ont été remplacés.