Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confection des masques : le bénévolat atteint ses limites, des couturières professionnelles réagissent

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Nord

Face à l’incapacité de l’Etat à gérer certains aspects de la crise, des bénévoles ont pris le relais, pour la distribution de repas ou la fabrication de masques. Mais, érigé en modèle contre le Covid-19, le bénévolat menace des emplois. Des couturières professionnelles commencent à réagir.

Confectionner des masques pourraient permettre aux couturières de vivre de leur métier, pendant la crise... mais on ne leur propose que du bénévolat.
Confectionner des masques pourraient permettre aux couturières de vivre de leur métier, pendant la crise... mais on ne leur propose que du bénévolat. © Radio France - Jean-François Fernandez

Comme d’autres professionnelles, la couturière lilloise Clara Lefevre a été sollicitée, pour participer bénévolement à l’opération "Masques en Nord", avec le CHU de Lille, qui consiste à mobiliser tous ceux qui savent coudre pour confectionner des masques pour les professionnels de santé, d'abord, puis pour le grand public.

Bénévolat face à la pénurie

"Spontanément, on a toutes eu cette démarche de souhaiter venir en aide, en se disant qu'on pouvait participer avec notre matériel, face à la pénurie. On a mis à disposition nos compétences, explique la créatrice. Mais aujourd'hui, la généralisation du bénévolat commence à poser question."

Peut-être qu'on pourrait aussi revaloriser notre profession, qui n'est pas toujours très reconnue. 

Les couturières professionnelles échangent beaucoup entre elles. Mais, elles sont entrepreneures indépendantes et donc peu ou pas structurées, collectivement. Cependant, elles commencent a être entendues : "De plus en plus de municipalités, qui au début, pour de masques grand public, avaient fait appel à des bénévoles, commencent à proposer une rémunération."

C'est le cas par exemple de la ville de Lille. "Dès le départ, en plus des bénévoles, nous avons contacté toutes les couturières et les retoucheurs de la ville pour leur proposer de travailler avec nous," explique Martine Aubry. La ville leur fournit un kit complet à assembler, au rythme de 4 à 5 masques par heure. Des associations sont également impliquées et payées.

Une juste rémunération

"Malgré tout, ces rémunérations restent minimes, observe Clara Lefevre. Ce n'est pas avec ça que l'on peut payer nos charges et nos loyers d'atelier. C'est un premier pas, mais ça reste très petit."

Le juste prix pour rémunérer les couturières qui fabriquent des masques pour le grand public serait de l’ordre de 7 euros par masque. Un moyen de sortir d’une situation ubuesque où l’Etat va être contraint de verser de l’argent à ces professionnels sans travail, alors qu’il pourrait les payer pour exercer leur métier .

Choix de la station

À venir dansDanssecondess