Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vente d'été chez Emmaüs : la communauté a besoin de compenser les pertes liées au confinement

-
Par , France Bleu Auxerre

La communauté Emmaüs de Pontigny se relève doucement de la période de confinement pendant laquelle aucune recette n'est rentrée dans les comptes de l'association alors que la prise en charge des compagnons était maintenue. C'est 130.000 € de manque à gagner.

Communauté Emmaüs de Pontigny (89)
Communauté Emmaüs de Pontigny (89) © Radio France - Loïc Bongeot

L'association Emmaüs était totalement à l’arrêt pendant les 2 mois de confinement. Plus de vente ni d'achat, plus de restauration de mobilier ou d'appareil électronique et donc plus de revenus pour l'association qui vient en aide aux hommes et femmes en grandes difficultés financière et sociales. 

130.000 euros de pertes 

La communauté Emmaüs de Pontigny évalue la perte liée à la crise du coronavirus à hauteur de 130.000 euros. "Une somme importante qu'on ne rattrapera jamais" se désole Grégor Seurre, le responsable avant de relativiser : "heureusement on a eu aucun cas à la communauté"

Emmaüs vit, depuis sa création, sans aucune subvention, c'était le choix de son créateur l'Abbé Pierre. "On ne vit que de notre travail, c'est l'accueil inconditionnel pour les compagnons aidés, donc on t'accueille mais en contre-partie tu travailles pour la communauté", explique Grégor Seurre.

fresque de l'Abbé Pierre sur le batiment d'Emmaüs de Pontigny
fresque de l'Abbé Pierre sur le batiment d'Emmaüs de Pontigny © Radio France - Loïc Bongeot

"C'est très difficile de ne voir personne pendant deux mois"

Outre les conséquences économiques du confinement sur les finances de l'association, les compagnes et compagnons ont souffert de l'isolement, "c'était très difficile de ne voir personne, de ne pas venir au magasin ( dépôt de l'association, NDLR)". Grâce à la trésorerie, à Pontigny, la communauté a pu continuer à loger, nourrir et blanchir les compagnons pendant toute la crise du coronavirus, une chance pour le responsable Grégor Seurre : "Ce sont déjà des personnes qui sont en difficultés, c'est encore un repli sur soi, très compliqué à vivre pour certains compagnons"

"On a la chance de retravailler correctement depuis le déconfinement"

Ce sont les bonnes surprises de la crise. Empêchés par la période de confinement, les vide-greniers n'ont pas pu se tenir pendant plusieurs semaines,_"énormément de gens avaient mis de côtés et donc donnent à Emmaüs, d'autres sont passionnés et viennent acheter ici, faute de brocante_" rassure le responsable, satisfait par la reprise. 

Samedi 1er et dimanche 2 août la communauté Emmaüs de Pontigny organise sa vente d'été. Dans le respect des règles sanitaires, Grégor Seurre a tenu à faire des concessions pour maintenir le rendez-vous et ainsi "faire plaisir à un maximum de personnes". La vente se déroulera de 9h à 12h le samedi et de 14h à 18h et de 14h à 18h le dimanche. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess