Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement en Dordogne : les piscinistes touchés de plein fouet

-
Par , France Bleu Périgord

Les piscinistes devraient connaître leur haute-saison en ce moment. Sauf qu'avec la crise sanitaire, les projets de piscines sont à l’arrêt, les magasins ne peuvent plus accueillir du public et ils subissent la concurrence des grandes surfaces.

Certains commerces ont vu leur chiffre d'affaires baisser de 60 %
Certains commerces ont vu leur chiffre d'affaires baisser de 60 % © Maxppp - PHOTOPQR/LE PROGRES

Parmi les petits commerces lourdement impactés par le confinement, il y a les piscinistes. D'habitude pour eux, les mois de mars et d'avril correspondent au début de la haute-saison. Les projets de construction sont lancés, les particuliers nettoient leur piscine après l'hiver. Sauf qu'avec le confinement, les chantiers sont à l'arrêt et les magasins ne peuvent plus accueillir du public.   

Un chiffre d'affaires en baisse de 60 %

Caroline Trény est la responsable des magasins "Hydrosud" à Creysse et Marsac. Elle a vu son chiffre d'affaires baisser de 60  % depuis le début de la crise. Elle a mis en place un drive dans son magasin situé près de Périgueux. Mais l'activité est loin de revenir à la normale. "Les clients n'ont pas accès au magasin. Ils ne peuvent donc pas choisir. Ce n'est pas grave pour l'achat d'un saut de chlore ou un sac de sel. Mais pour l'achat d'un robot ou d'une confection sur-mesure, on a besoin du contact avec le client" rappelle-t-elle.

Elle déplore aussi la concurrence qui s’exerce avec les magasins de grande distribution. "On peut acheter son chlore en grande surface alors que nous, nous sommes fermés. Ce n'est pas logique. La grande distribution n'aurait dû vendre que des produits alimentaires. En plus, ils vendent les produits plus chers que nous les vendons nous. Ils profitent selon moi de la situation" explique-t-elle.

Tout un secteur impacté

Caroline Trény espère un sursaut des ventes à partir du 11 mai. Mais elle craint que les hôtels, les gites ou les restaurants, eux-mêmes impactés par la crise et qui souhaitaient construire une piscine, reportent ou annulent leur projet. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess