Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement en Ile-de-France : les auto-écoles sont fermées, leurs propriétaires "désespérés"

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Dans la région, près de huit écoles de conduite sur dix n'avaient qu'un mois de trésorerie avant leur fermeture, d'après un syndicat de la profession. Le confinement pourrait porter un coup fatal aux entreprises déjà fragilisées par l'arrivée de plateformes d'apprentissage à bas coûts.

Auto-école
Auto-école © Radio France - Alban Forlot

Un coup dur qui pourrait porter un coup fatal aux auto-écoles d'Ile-de-France. Fermées pendant le confinement, certaines ne pourraient pas rouvrir le 11 mai prochain, d'après le syndicat Unic, Union nationale des indépendants de la conduite. "Il y a ceux qui ne vont pas reprendre du tout, je dirai 20 à 30% de la profession, parce qu'ils n'ont plus de trésorerie et ne pourront pas tenir, et il y a ceux qui font un crédit (...) et rien ne dit qu'ils pourraient l'assumer après", craint Philippe Colombani, le président-fondateur de l'Unic. 

ECOUTEZ - Philippe Colombani, président du syndicat Unic.

Les professionnels demandent une aide de l'Etat

Louisa Mebarki, gérante d'une auto-école à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), a peur pour la suite. "Nous sommes désespérés, il n'y a plus rien qui rentre, pas un centime ! Aucune trésorerie et nous avons des frais d'environ 10.000 euros par mois", déplore celle qui a dû mettre au chômage technique deux salariés. 

Les auto-écoles ont des charges fixes tous les mois : la location des véhicules, les assurances, le loyer du local etc. "Nous avons besoin d'une enveloppe pour survivre ! " lance-t-elle, dans un département qui a vu disparaître une cinquantaine d'écoles de conduite en l'espace d'un an, passant de 324 à 270 en Seine-Saint-Denis, à cause de l'ouverture à la concurrence des plateformes en ligne qui propose un permis à bas coût.

ECOUTEZ - Le reportage de la rédaction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess