Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Confinement et coronavirus : l'aide sociale à l'enfance continue mais s'adapte en Côte-d'Or

-
Par , France Bleu Bourgogne

Enfants placés en famille d'accueil ou en établissement. Eux aussi sont concernés par les mesures de confinement. Comment s'organise l'aide sociale à l'enfance pendant cette crise sanitaire inédite. Explications.

aide sociale à l'enfance
aide sociale à l'enfance © Maxppp - RIEDINGER Philippe

En Côte-d'Or, trois mille enfants et jeunes sont suivis par l'aide sociale à l'enfance, dont plus de la moitié qui restent dans leurs familles et qui font l'objet d'une mesure de suivi social pour la famille ou d'une mesure d'aide éducative à domicile. Un peu moins de 1 400 enfants sont retirés de leurs familles, soit sur décision administrative du département avec l'accord de leurs parents parce qu'ils ont besoin d'une autre phase éducative , soit sur décision du juge des enfants. 

Dans ce dernier cas, ils sont confiés à des familles d'accueil (pour environ 730 enfants) ou alors placés dans les dix établissements autorisés par le département. L'un d'eux, la maison de l'enfance Simone Weil, est directement géré par le département. Cet établissement accueille en ce moment 550 enfants en situation d'urgence.

Moins d'activités 

Le confinement lié au coronavirus complique actuellement la tache car beaucoup d'activités pédagogiques, sportives ou culturelles, sont supprimées. Les professionnels de la protection de l'enfance bénéficient comme les personnels soignants, de l'accueil de leurs enfants dans les établissements scolaires ou les crèches, ce qui leur donne un peu plus de latitude pour s'organiser et un peu plus de sérénité pour s'occuper des enfants dont ils ont la charge, dont certains ne sont pas toujours très faciles à cause de problèmes psychiatriques.

Il y a de la place dans ces établissements pour pouvoir aménager des espaces de répit et de respiration et pour pouvoir varier les activités pédagogiques. Il est donc plus simple d'y mettre aussi en place les "gestes barrières". Il y a aussi des jardins et des espaces verts qui permettent d'organiser des activités en plein air.

Moins de visites

Pour les professionnels qui suivent des enfants dans leur famille, l'essentiel se passe depuis la semaine dernière en télétravail. Seules les visites à faire en urgence s'effectuent dans les domiciles, lorsqu'un enfant est en danger immédiat. Dans ce cas là, il y a intervention. Sinon, tout se passe par téléphone. Les travailleurs sociaux qui suivent les assistants familiaux répondent à leurs appels et peuvent les aider à distances. Les parents dont les enfants sont placés ne peuvent plus jusqu'à nouvel ordre leur rendre visite en raison du confinement, à la fois pour protéger, les parents, les enfants et les personnes qui les accueillent. En revanche, on favorise les échanges téléphoniques ou par vidéo sur internet.

Pour la scolarité pendant ce confinement, les familles d'accueil sont aussi invitées à signaler d'éventuelles difficultés matérielles pour trouver des solutions rapides et permettre aux enfants de suivre l'enseignement à distance.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu