Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Confinement : face à la vague coronavirus, certains plagistes niçois pourraient couler

Par

Face au prolongement de l'interdiction d'accès aux plages jusqu'au premier juin minimum, les plagistes azuréens ne voient plus l'horizon en bleu, mais en gris. Leur saison devrait être un fiasco et certains ne résisteront pas.

Blue Beach Nice - un été à la plage Blue Beach Nice - un été à la plage
Blue Beach Nice - un été à la plage © Radio France - Nadia Bou - Saha @ France Bleu Azur

"Sea ,sex and sun" chantait Serge Gainsbourg. Le confinement fait voler en éclat nos habitudes. Fini la plage et les baignades en mer, au moins jusqu'au premier juin. Le bord de mer sur les galets à Nice ou sur le sable fin à Cannes est interdit d'accès. Pas question pour l’heure d’imaginer des nageurs, des touristes collés-serrés.

Publicité
Logo France Bleu

Des plagistes dans l'expectative

Pour les professionnels du tourisme en bord de mer, les fameux plagistes, c'est la douche froide. Le confinement prolongé enterre définitivement leur saison. 

" Il n'y a personne sur la plage, je n'ai jamais vu ça en quarante ans." (René Colomban, patron du Blue Beach à Nice)

Pour l'heure, les plagistes poursuivent leur installation de pergola et de restaurant sur les galets ou le sable, ils en ont le droit malgré le confinement. Mais à mesure que les jours passent, l'espoir s'amenuise. 

loading

Des pertes énormes pour les professionnels 

"On a perdu trois mois de saison, dont deux mois très forts : le mois de mai avec les ponts, le mois de juin qui est déjà la haute saison." 

Sans compter sur la clientèle internationale qui ne pourra pas se prélasser sous le soleil azuréen cette année, pour la première fois : "60% de notre clientèle est internationale, et c'est aussi celle qui consomme le plus notamment les russes ou les chinois" s'alarme René Colomban qui est aussi président de la fédération nationale des plagistes. 

"On est entre 500.000 euros et 1,5 million d'euros suivant les établissements, à mon avis il y aura de la casse".

Le plagiste a mis ses 14 salariés en CDI au chômage partiel. Il renonce à sa quinzaine de saisonniers en CDD (veilleurs de nuit , cuisiniers, serveurs) le temps d'y voir plus clair. L'été sera chaud pour le plagiste qui affirme que certains de ses collègues seront emportés par la vague.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu