Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la grogne des détenus de La Talaudière après la suppression des parloirs, en plein confinement

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Confinement obligatoire pour les Français depuis mardi 17 mars, y compris, bien sûr, dans les prisons. Les détenus ont été informés mardi soir de la suppression des parloirs, ce qui a suscité une certaine grogne, notamment à la prison de La Talaudière.

La ministre de la Justice a annoncé la suspension des parloirs dans les prisons comme celle de la Talaudière jusqu’au 31 mars.
La ministre de la Justice a annoncé la suspension des parloirs dans les prisons comme celle de la Talaudière jusqu’au 31 mars. © Maxppp - Rémy PERRIN

En raison des risques sanitaires face à l'épidémie du coronavirus, les parloirs ont été suspendus pour tous les détenus de France depuis ce mercredi 18 mars, jusqu'au 31 mars. Une décision qui fait, un peu plus encore, monter la pression en prison en augmentant la colère des détenus selon Stéphane Perrot, délégué du syndicat UFAP UNSA à la maison d'arrêt de la Talaudière : "on s'attendait à ce qu'il y ait des mouvements collectifs d'incompréhension et de colère et c'est ce qu'il s'est passé à La Talaudière mardi. Tout est finalement rentré dans l'ordre à partir de 18 heures. Les détenus ont fini par comprendre que c'est important de rester confiné dans la cellule et d'éviter les sorties". 

"Pas le stock suffisant de masques et de gels hydroalcooliques pour nos agents."

En parallèle au confinement, la prison de La Talaudière se prépare aussi à mettre en quatorzaine les détenus dans l'hypothèse où un cas de coronavirus serait avéré chez les prisonniers. "On a aménagé une aile spécialement au cas où des cas de coronavirus seraient sur l'établissement", assure Stéphane Perrot. 

Des cas qui peuvent se déclarer chez les prisonniers comme chez les surveillants. En matière de protection, le délégué du syndicat UFAP UNSA déplore un manque d'équipements pour ses collègues : "nous n'avons pas le stock suffisant pour fournir tous les agents en masques et en gels hydroalcooliques. Donc on essaie de faire en sorte que tout se passe pour le mieux. On laisse des distances de précaution et les agents se nettoient très souvent les mains avec du savon". La garde des Sceaux a promis un arrivage de matériel sanitaire pour ce jeudi 18 mars au plus tard.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess