Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : forte augmentation du chômage en Côte-d'Or au mois de mars

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le nombre de demandeurs d'emploi a fortement augmenté au mois de mars 2020 en Côte-d'Or et plus largement en Bourgogne-Franche-Comté. Avec le confinement, de plus en plus de contrats courts, comme les missions d'intérim, ont pris fin.

Les intérimaires sont les plus touchés
Les intérimaires sont les plus touchés © Radio France - Christophe Mey

Au premier trimestre 2020, le chômage a baissé en Bourgogne-Franche-Comté. De bons chiffres, vite balayés par le confinement. Selon des données publiées par la Direccte et Pôle emploi, mercredi 29 mars 2020, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A a augmenté de 6,1 % entre février et mars 2020 dans la région. Un chiffre inégal selon les départements : de +5,1 % en Côte d’Or et dans le Territoire de Belfort à +9,4 % dans le Jura. Il faut noter que ces chiffres peuvent encore augmenter dans les prochains mois, puisqu'ils ne prennent en compte que les deux dernières semaines confinées du mois de mars. 

Mise en arrêt maladie, elle dénonce "un licenciement abusif"

Parmi ces travailleurs qui ont perdu leur emploi, il y a Marie. Elle était employée dans un magasin de jardinage avant le début du confinement à Bligny-lès-Beaune. Atteinte d'une maladie auto-immune, elle a préféré se mettre en arrêt maladie. "Je ne pouvais pas retourner travailler car je suis une personne fragile, confie Marie. Je dois me piquer une fois tous les 15 jours pour me soigner et j'ai une petite fille asthmatique. Le coronavirus est trop dangereux, ce n'était pas possible."

Dès le lendemain matin, l'entreprise l'appelle pour lui signifier son licenciement : "J'ai appelé le grand patron pour lui dire que je voulais travailler, qu'on s'était peut-être mal compris. Il m'a dit que j'étais renvoyée, sans me donner d'explication." Marie a l’impression d’avoir subi de plein fouet les conséquences du confinement. Aujourd’hui, elle a du s’inscrire à Pôle Emploi pour retrouver du travail.

Cette employée a décidé de poursuivre son entreprise en justice pour licenciement abusif. L’entreprise elle se défend : l’employée n’était pas encore arrivée à sa fin de période d’essais. Pour l’instant, aucune décision n’a été rendue.

La fin des contrats courts

Il y a également de plus en plus de demandeurs d'emploi de catégorie B - ceux devant rechercher un emploi mais en activité réduite courte - dans la région. "Cette hausse des entrées provient essentiellement des fins de missions d’intérim qui progressent très fortement : +151,6 % sur un mois", indique Pôle emploi. Pour le département de la Côte-d'Or, la hausse est de +27,8%. 

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess