Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : la fête du muguet le 1er mai bien compliquée pour les fleuristes stéphanois

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Pour ce 1er mai, les fleuristes sont autorisés à vendre le muguet uniquement en drive et en livraison. Vendre sur leur pas-de-porte leur est finalement bien interdit. Mais c'est surtout difficile pour eux de se procurer le brin porte-bonheur, faute de stocks à cause du confinement.

Pour ce 1er mai, les fleuristes sont autorisés à vendre le muguet uniquement en retrait de commandes et en livraison.
Pour ce 1er mai, les fleuristes sont autorisés à vendre le muguet uniquement en retrait de commandes et en livraison. © Maxppp - Patrice Saucourt

Le 1er mai, c'est bien sûr la fête du Travail et c'est aussi cette tradition : le muguet. Chaque année, il se vend 60 millions de brins à cette occasion. Mais confinement oblige, les clochettes blanches n'échappent pas aux contraintes. 

Cette veille de 1er mai a d'ailleurs été très mouvementée pour la profession ! La fédération française des fleuristes s'est d'abord réjouie d'avoir obtenu auprès du Premier ministre l'autorisation de vendre du muguet ce vendredi sur les pas-de-porte des boutiques. Mais Matignon a finalement fait une mise au point pour expliquer que les ventes de muguet par les fleuristes ne seront possibles que "sur livraison et en retrait de commande". 

Un 1er mai très compliqué donc d'autant que le problème numéro 1, raconté par les fleuristes de Saint-Etienne, c'est le manque d'offres. Beaucoup de brins sont restés dans les champs par manque de circuits de vente comme le raconte notamment Solange. Au fond de son magasin près de la place Jean Moulin, cette fleuriste garde les dernières commandes de muguets pour ce 1er mai. Elle a déjà presque vendu toutes ces fleurs porte-bonheur en drive et en livraison. Les clients ont été au rendez-vous mais elle n'avait qu'un quart de son stock habituel.

"C'était vraiment très dur : je m'en souviendrai du muguet 2020 !" - Solange, fleuriste

Cette fleuriste proche de la place Jean Moulin n'a pu obtenir que des dizaines de pots de muguets et à peine 300 brins de muguets.

« Ça a été très compliqué de se procurer du muguet ! Il n'y a pas eu assez de monde pour les ramasser. Il y en a beaucoup qui étaient abîmés, pourris ! Les brins, on n'a pas pu en avoir énormément : on n'en a eu que 300 ! Des pots, on a dû en avoir 80 maximum. C'était très compliqué parce qu'on avait beaucoup de demandes mais on ne savait pas la marchandise qu'on allait avoir. Donc c'était vraiment très dur : je m'en souviendrai du muguet 2020 ! » 

Virginie, elle, n'a pas cette chance ! L'an dernier, cette fleuriste avait vendu 3000 brins en une matinée. Mais là, avec peu d'offres sur le marché à cause du confinement, impossible pour elle de s'approvisionner.

"De très grosses jardineries en ont eu ; moi, petite boutique, qui vend beaucoup moins de volumes, je n'ai pas pu en avoir !" - Virginie, fleuriste

Face à la concurrence des jardineries, cette autre fleuriste n'a rien pu faire pour se procurer les trop rares brins de muguet disponibles en situation de confinement.

« J'ai eu mon fournisseur avant-hier au téléphone : ils n'ont pas de commandes du tout ! Il y a de très très grosses jardineries, dont je ne citerai pas les noms, qui elles vendent des volumes extrêmement importants, ont pu en avoir. Moi, petite boutique, qui vend beaucoup moins de volumes, je n'ai pas pu en avoir. Ça s'est dispatché vers les gros ! Je suis un peu triste : parce qu'en plus c'est le symbole du bonheur donc là je pense qu'on en a tous besoin et on ne va pas pouvoir le transmettre. Mais bon ce sera pour l'année prochaine, c'est pas grave ! » 

Beaucoup de contraintes et de pénuries. D'autant que les commerçants ouverts depuis le début du confinement ont aussi été autorisés à vendre du muguet. Mais beaucoup d'entre eux ne veulent pas faire concurrence aux fleuristes, bien au contraire, comme le raconte Rodolphe, boulanger dans le vieux Saint-Etienne.

"On aurait été ravi de pouvoir vendre du muguet le 1er mai pour aider les fleuristes du quartier !" - Rodolphe, boulanger

Comme son commerce a été autorisé à vendre du muguet, ce boulanger a tenté de mettre au point une collaboration avec des fleuristes.

« On aurait été ravi de pouvoir vendre du muguet le 1er mai pour aider les fleuristes du quartier à vendre ce que l'on ne fait pas d'habitude, c'est-à-dire du muguet au 1er mai. On avait mis en place justement une coopération avec d'autres fleuristes mais finalement ça n'a pas pu se faire faute d'approvisionnements. Moi, je pense tout particulièrement à ma fleuriste du quartier : le début du Printemps, c'est le 1er mai qui se fait, c'est la fête du Travail, là, la fête du Travail, elle sera vraiment gâchée ! » 

Beaucoup de clients se sont alors tournés vers les supermarchés. Cathy par exemple n'a trouvé que cette solution pour avoir son brin de muguet.

"J'en ai acheté ce mercredi : j'ai été obligée d'aller en grande surface qui pique le travail des fleuristes !" - Cathy, cliente

Pour cette cliente, acheter du muguet pour le 1er mai, c'est une tradition et dans ce contexte particulier de confinement, elle s'est résignée à en acheter dans un supermarché.

« C'est un jour important comme pour la Fête des mères ! Chaque année, j'en achète, je ne sais pas pourquoi, ça a toujours été comme ça depuis petite et du coup, j'en ai toujours acheté. J'en ai acheté ce mercredi à Auchan. J'ai été obligée d'aller en grande surface qui pique le travail des fleuristes. C'est pas à eux de vendre ça, moi je préférerais en acheter chez le fleuriste ou dans la rue ». 

Aujourd'hui, les fleuristes n'ont qu'une hâte : être le 11 mai pour rouvrir. Beaucoup comptent sur les pivoines par exemple pour essayer de se refaire une santé.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess