Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Confinement : la saison touristique en mode pause dans le marais poitevin

Ce sont les vacances de Pâques mais les touristes ne sont pas là dans le marais poitevin. Confinement oblige, les hôtels, restaurants, embarcadères sont fermés. Dans les Deux-Sèvres, les professionnels du tourisme sont dans l'attente d'en savoir plus sur le déconfinement.

"On est tous très inquiets" indique Nadia Roblin, présidente du syndicat de la batellerie du marais poitevin devant son embarcadère à Arçais "On est tous très inquiets" indique Nadia Roblin, présidente du syndicat de la batellerie du marais poitevin devant son embarcadère à Arçais
"On est tous très inquiets" indique Nadia Roblin, présidente du syndicat de la batellerie du marais poitevin devant son embarcadère à Arçais © Radio France - Noémie Guillotin

Sur les bords de Sèvre à Coulon, quasiment aucune barque. Les embarcadères sont fermés. Tout comme les hôtels, les bars, les restaurants, les boutiques de souvenirs avec le confinement et l'épidémie de coronavirus. La commune du marais poitevin est un peu "commune morte", reconnaît Dominique Giret, adjoint au maire."On a près de 500.000 visiteurs par an et beaucoup arrivent pendant les vacances de Pâques, poursuit l'élu. Notamment des camping-caristes.

Publicité
Logo France Bleu
A Coulon, quasiment aucune barque. Scène inédite pour un mois d'avril © Radio France - Noémie Guillotin

La commune gère le parking camping car, un camping, un village-vacances. "On voit bien qu'on est à moins 80% par rapport aux chiffres de l'an dernier", note Dominique Giret. Pas besoin de sortir la calculette pour Nadia Roblin, propriétaire des embarcadères au Martin Pêcheur et Venise Verte Loisirs à Arçais. "On ne travaille pas donc c'est zéro". La gérante avait mis ses barques à l'eau début mars, en prévision des beaux jours. "Au 15 mars on peut démarrer s'il fait beau comme cette année donc on regardait le ciel, désespérés".

Si on nous dit vous rouvrez vos établissements barques et que les restaurants, bars, ne rouvrent pas il n'y a aucun intérêt

Nadia Roblin est également présidente du syndicat de la batellerie du marais poitevin. "On est tous inquiets", raconte-t-elle. Et dans l'attente d'en savoir plus sur le déconfinement. "Si on nous dit vous rouvrez vos établissements barques et que les restaurants, bars, ne rouvrent pas il n'y a aucun intérêt, on ne travaillera pas. On est une unité dans le tourisme".

Au port d'Arçais, pas l'impression d'être fin avril © Radio France - Noémie Guillotin

Il faut nous faire confiance

Des embarcadères qui ont réfléchi à la reprise. "Il faut nous faire confiance", martèle Nadia Roblin. "On va mettre tout en oeuvre pour que les gens soient en sécurité. Evidemment, on ne va pas mettre dix personnes par barque. On va tout faire pour qu'il y ait du gel hydroalcoolique pour faire attention quand les visiteurs toucheront les rames, mettre une protection pour le comptoir", détaille la représentante.

Parmi les premières victimes de la situation, les saisonniers."Les bateliers emploient 250 jeunes pour la saison particulièrement juillet-août. On va laisser les trois quarts sans emploi cet été", regrette Nadia Roblin.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu