Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : le protocole pour le retour des salariés en entreprise

-
Par , France Bleu

Le ministère du Travail a publié ce dimanche le protocole que toutes les entreprises vont devoir respecter à partir du 11 mai si elles veulent accueillir leurs salariés. Le télétravail doit cependant rester la "norme", surtout en Île-de-France.

L'entrée de l'usine Michelin de St-Doulchard, près de Bourges (Cher)
L'entrée de l'usine Michelin de St-Doulchard, près de Bourges (Cher) © Radio France - Michel Benoit

Dans une semaine ce sera le retour des salariés en entreprise avec des consignes très strictes à respecter par les employeurs. Le ministère du Travail a publié ce dimanche le protocole de déconfinement pour les sociétés qui ne peuvent plus maintenir le télétravail, lequel doit pourtant rester "la norme" surtout en Ile-de-France.

Quatre mètres carrés par salarié

Chaque salarié devra disposer de "4 m²", c'est la "distance physique" a respecter au sein de l’entreprise. Que ce soit, dans les ateliers, l’open-space, la cafeteria et les couloirs. Ainsi, un ascenseur de 8 m² pourra contenir deux personnes maximum. Et il faudra "privilégier une personne par bureau".

Sinon, port du masque obligatoire

Si cette règle de distanciation sociale ne peut pas être respectée, le port du masque devient "obligatoire". C’est à l’entreprise d’en fournir à ses salariés. Il faudra par contre "éviter de porter des gants", qui donnent "un faux sentiment de protection" car eux-mêmes sont "vecteurs de transmission" du coronavirus.

Sens unique de circulation, étalement des horaires

Pour éviter aux employés de se croiser, un "sens unique de circulation" dans "les ateliers, couloirs et escaliers" avec "marquage lisible au sol" fait partie des "bonnes pratiques à promouvoir", tout comme la réorganisation des horaires pour "éviter les arrivées nombreuses".

Locaux désinfectés et aérés

Les locaux doivent eux être désinfectés tous les jours, et même plusieurs fois par jour pour tout ce qui sera touché par de nombreux salariés, comme les interrupteurs, les poignées de porte, les rampes d’escalier. Il faudra également "aérer régulièrement", toutes les trois heures, les pièces fermées, "pendant au moins 15 minutes". Les tourniquets devront être condamnés ou, à défaut, du gel hydroalcoolique proposé à l’entrée et à la sortie des entreprises.

Dépistage et prise de température prohibés

Par ailleurs, la généralisation du contrôle de température pratiquée par certaines entreprises est "déconseillée" par le ministère. Les sociétés ne peuvent donc contraindre un salarié à s’y soumettre

Quant aux campagnes de dépistage du Covid-19 organisées par les entreprises pour leurs salariés, elles ne sont "pas autorisées". L’employeur engage sa responsabilité civile et pénale. 

Mais le salarié est "invité" à mesurer lui-même sa température "en cas de sensation de fièvre", et plus généralement, "d'auto-surveiller" l'apparition de "symptômes évocateurs". 

Ces consignes, souligne le ministère du Travail, s’appliqueront "à toutes les entreprises du territoire national", peu importe leur taille ou leur situation géographique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu