Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : les bars et restaurants privés de Noël ?

-
Par , France Bleu Breizh Izel

C'est un nouveau coup dur pour les patrons de bars et restaurants. Le premier ministre Jean Castex pourrait annoncer, la semaine prochaine, un prolongement de leurs fermetures, au-delà du confinement, au moins jusqu'à mi-janvier.

Les bars et restaurants pourraient rester fermés jusqu'à mi-janvier.
Les bars et restaurants pourraient rester fermés jusqu'à mi-janvier. © Maxppp - Jean-Luc Flémal

La conférence de presse du premier ministre sera encore un moment angoissant pour les patrons de bars et restaurants, la semaine prochaine. Jean Castex pourrait leur annoncer une fermeture prolongée de leurs établissements jusqu'à mi-janvier. Les professionnels ne pourraient donc pas profiter des fêtes de fin d'année.

Pas d'illusion

Tanguy Péton est fataliste. Le patron du Tir na Nog, un bar de la rue de Siam à Brest, ne se fait plus d'illusion. "Au premier confinement, on était les premiers à fermer et les derniers à rouvrir, dit-il. On se disait bien que ce serait la même punition, ce coup-ci."

Le gérant de l'établissement a fait les calculs : "Si cette fermeture est effectivement prolongée, ça fera presque une demi-année de perdue, cinq mois !" Et cette situation risque de peser lourd pour beaucoup de professionnels.

"la punition de trop"

Cette croix sur les fêtes de fin d'année, "c'est la punition de trop", pour Thierry Kerirzin. Le patron du restaurant Le Belem, à Concarneau, reconnaît que "cette période est très attendue par beaucoup d'établissements pour financer les charges. Par exemple, pour nous, sur la côte, ça représente l'équivalent d'un mois d'août."

L'Union des métiers de l'hôtellerie (UMIH) confirme que cette annonce pourrait provoquer de multiples fermetures de bars et restaurants. Le président de la branche restauration du syndicat prévoit la disparition de deux enseignes sur trois en France. "Beaucoup ne pourront pas s'en remettre, affirme Hubert Jan. Cela démontre bien le mépris de ce gouvernement à notre égard."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess