Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : les épiceries explosent leurs ventes

-
Par , France Bleu Hérault

Avec le confinement, les épiceries de quartier connaissent une hausse de leurs ventes. À Vendémian (Hérault), dans la seule épicerie du village, elles ont plus que doublé.

Partout en France, les clients ont redécouvert leur épicerie de quartier, qui permettent des courses plus proches et moins de monde dans les rayons
Partout en France, les clients ont redécouvert leur épicerie de quartier, qui permettent des courses plus proches et moins de monde dans les rayons © Maxppp - Thomas Jouhannaud

Elles pourraient être les grandes gagnantes du confinement et de la limitation des déplacements. Dans les villages où elles sont le seul commerce, les supérettes et épiceries font le plein depuis un mois et demi. Depuis le début du confinement, il y a six semaines, Laurent et Frédérique Prieur n'arrêtent pas. D'ici au 11 mai, date prévue du déconfinement, ils auront travaillé 62 jours d'affilée. Gérants de la seule épicerie du village de Vendémian, à quelques kilomètres d'Aspiran, ils ont reçu un accord spécial du maire de la commune pour pouvoir continuer à approvisionner au quotidien les habitants. 

Horaires d'ouverture étendus

"On double à peu près ce qu'on fait habituellement, constate Laurent Prieur, qui tient l'établissement avec son épouse. Le confinement a fait que les gens ont découvert qu'il y avait une épicerie qui existe. On avait une certaine clientèle avant, maintenant elle a augmenté beaucoup parce que les gens ne veulent plus aller en grande surface, ont peur de la foule et donc viennent dans notre petite structure", analyse-t-il. 

Pour gérer le flux de clients au cours de la journée, les commerçants ont complètement réadapté leur magasin. "C'est deux personnes maximum pour limiter les contacts, on a ouvert une seconde caisse, et évidemment on les accueille avec des masques", énumère Laurent Prieur. 

Ils ont également dû étendre les horaires d'ouverture. Normalement ouverte en début puis en fin de journée, l'épicerie est dorénavant ouverte toute la journée, weekend compris. "Ça oblige à aller au ravitaillement beaucoup plus souvent pour fournir des marchandises !", explique-t-il. Les journées se sont rallongées pour aller faire un premier ravitaillement avant l'ouverture du magasin. "La journée commence à quatre heures et demie du matin...on est le seul commerce, c'est très bien, on est très contents. On est un peu fatigués, c'est tout", sourit-il. 

Et son cas n'est pas isolé. "C'est valable pour moi, c'est valable pour l'épicerie du village d'à côté, c'est valable pour toutes les structures alimentaires. On a même une épicerie par internet qui s'est lancée dans le village, qui elle aussi est en plein boom !". Une inconnue néanmoins pour les commerçants, la pérennité de ce succès. 

Laurent Prieur a changé ses habitudes pour s'adapter à la hausse de sa clientèle

Choix de la station

À venir dansDanssecondess