Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : les relèves à bord des thoniers et plateformes pétrolières reportées

C'est un des impacts du confinement en mer, avec la fermeture des frontières : impossible de faire les relèves d'équipages dans les délais prévus pour les pêcheurs sur les thoniers comme pour les marins qui font le lien avec les plateformes offshore.

Les relèves d'équipages à bord des thoniers ou des bateaux faisant le lien avec les plateformes pétrolières sont en suspens
Les relèves d'équipages à bord des thoniers ou des bateaux faisant le lien avec les plateformes pétrolières sont en suspens © Maxppp - GUILLEN AMAR ET ISABELLE

Des embarquements qui se prolongent, sans visibilité sur la date de retour : loin de nos côtes, certains marins se retrouvent bloqués à borden raison du confinement et de la fermeture des frontières. Les relèves d'équipages sont reportées pour les thoniers comme pour les bateaux déployés auprès des plateformes offshore un peu partout dans le monde.

Des relèves courant mai ? 

"Des bretons ont accepté de prolonger leur temps d'embarquement, comme d'autres membres d'équipage, et se retrouvent à faire pratiquement le double de temps à bord , indique Yvon Riva, président des navires thoniers Orthongel. Ceux qui devaient partir un mois et demi vont sans doute rester trois mois. Pour nous, les prochaines relèves d'équipages doivent pouvoir se faire dans la deuxième quinzaine de mai ".

Même dispositif pour les 3.000 marins du groupe Bourbon, actuellement éparpillés aux quatre coins de la planète, notamment auprès des plateformes pétrolières. "On a beaucoup de marins qui vont faire quatre mois au lieu de deux , explique la chargée de communication Christel Loisel. Le délai légal, c'est six mois, mais c'est inenvisageable d'aller jusque là. On a déjà des dépassements et on travaille avec nos clients pour faire en sorte que les marins puissent se reposer". Sur les petits navires qui emmènent les passagers de la terre vers les plateformes pétrolières, "ils sont très sollicités donc on essaie de faire tourner les équipages ".

On essaie de limiter les contacts avec la terre, le risque de contamination vient de l'extérieur. 

Jeux diplomatiques

Organiser les rotations d'équipages est pourtant loin d'être aisé, dès lors que les frontières françaises sont franchies. De nombreux pays se barricadent face au risque sanitaire du Covid. Les arrivées et départs de marins devraient être plus aisées en territoire européen. "On peut y arriver à partir de hubs comme Las Palmas pour l'Atlantique, précise Yvon Riva. On doit pouvoir, en collaboration avec les autorités espagnoles, amener du personnel par avion". Il mise aussi sur l'outre-mer pour acheminer une partie du personnel, comme La Réunion pour l'Océan Indien : "on est en train de faire les démarches pour obtenir les autorisations administratives et sanitaires ".

La situation est bien plus complexe pour les marins déployés au large de l'Afrique tempère Christel Loisel : "on travaille avec l'appareil diplomatique, on arrive malgré tout à rapatrier des marins au cas par cas depuis trois semaines. Ça dépend vraiment des pays, c'est compliqué au Congo par exemple ". Des avions sont affrétés par l'Etat français ou les clients de Bourbon pour les organiser. "La _situation évolue de jour en jour_, on trouve des solutions petit à petit", conclue Christel Loisel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess