Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Conflit des poubelles à Châteauneuf-sur-Loire : nouveau rassemblement contre la taxe sur les ordures

-
Par , France Bleu Orléans

Près de 150 personnes étaient rassemblées ce samedi à Châteauneuf-sur-Loire, dans le Loiret, à l'appel de l'Adus pour continuer le combat contre l'instauration d'une taxe incitative sur les ordures ménagères dans le secteur. Ils ont décidé d'une stratégie pour ne pas faire voter la grille tarifaire.

Didier Bezard, le porte-parole de l'Adus, a pris la parole devant les usagers et membres de l'Adus à Châteauneuf-sur-Loire ce samedi matin.
Didier Bezard, le porte-parole de l'Adus, a pris la parole devant les usagers et membres de l'Adus à Châteauneuf-sur-Loire ce samedi matin. © Radio France - Alexandre Frémont

Après sa victoire au tribunal d'Orléans en novembre dernier, l'Adus, l'association de défense des usagers du Sictom de Châteauneuf-sur-Loire, dans le Loiret, organisait un rassemblement ce samedi place Aristide Briand à Châteauneuf-sur-Loire pour dire non à la mise en place d'une taxe incitative sur les ordures ménagères dans le secteur. 

Près de 150 personnes de la commune et des alentours ont fait le déplacement pour se mettre d'accord sur la stratégie à adopter pour que les élus du syndicat de collecte et de traitement des ordures ménagères ne valident pas définitivement cette taxe. Un rassemblement dans le but de défendre "les intérêts des usagers", affirme Didier Bezard, le porte-parole de l'Adus. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"On est plus que jamais déterminé", martèle-t-il, "vous le savez le tribunal administratif s'est prononcé à l'avantage des usagers et malheureusement la grille tarifaire qui se profile sera encore plus chère que la précédente. C'est absolument inadmissible". "Nous avons confiance envers les élus de proximité qui ont été renouvelés à travers ce comité syndical et nous pensons que, tous ensemble, nous trouverons une solution pour qu'enfin cette grille tarifaire soit une grille conforme, juste et sincère", espère Didier Bezard. 

Réunion de vote du comité syndical prévue à 20h ce mardi 

Le problème, c'est que le comité se réunit ce mardi à 20h, ce qui ne permet pas aux usagers de venir soutenir le porte-parole de l'association contre les élus réfractaires. "On va dire que ce n'est pas fait exprès mais malgré tout je pense que la date de la réunion de ce comité syndical a été faite volontairement pour que les usagers ne soit pas présents", déplore Didier Bezard. 

"C'est fait exprès pour pas qu'on y aille", disent les habitants et adhérents de l'Adus, convaincus qu'on les empêche de venir à ce comité. "Pourquoi fixer une réunion de ce type, un vote, à 20h, alors que le couvre-feu est à 20h ? Si ce n'est pas une façon d'empêcher les usagers de s'exprimer, qu'est-ce que c'est ?", se demande Jean-Marc, un usager présent lui aussi au rassemblement. "Moi je brave l'interdit, j'y vais", assure Lucie, "ça fait depuis le début qu'on est là, on ne lâchera jamais rien", confirme d'autres usagers. 

Les usagers veulent, dans tous les cas, assister à cette réunion ce mardi pour défendre leur grille tarifaire.
Les usagers veulent, dans tous les cas, assister à cette réunion ce mardi pour défendre leur grille tarifaire. © Radio France - Alexandre Frémont

"Il faut passer par une phase de concertation", ajoute Jean-Marc, "c'est ça que l'on demande, bénéficier d'une phase de concertation et pas de conflit". Il se questionne aussi, comme tous, sur cette date fixée au 31 décembre pour voter cette taxe incitative, "ça n'a pas de sens", conclut-il.

Si cette grille est votée, ce sera une provocation inadmissible, Didier Bezard, le porte-parole de l'Adus

"Si cette grille est votée, ce sera une provocation inadmissible"

"Si aujourd'hui, les élus du Sictom se sont fait retoqués par le tribunal administratif, c'est qu'ils ont pris une décision hâtive et là on recommence", continue le porte-parole de l'Adus. "On va imposer aux élus de prendre une décision avant le 31 décembre alors que les enjeux sont considérables et qu'ils n'ont pas tous les éléments pour se prononcer", ajoute-t-il. Didier Bezard présente donc sa stratégie : "Nous, notre position, ça va être de dire aux élus qu'ils peuvent voter pour, voter contre, mais ils peuvent aussi d'abstenir, ça va nous permettre de gagner du temps pour réfléchir tous ensemble et trouver une solution pérenne, concrète, sincère et réaliste avec les usagers et les élus pour que tout le monde soit en phase", clame Didier Bezard. 

"Si cette grille est votée, ce sera une provocation inadmissible et le combat sera multiplié", prévient le porte-parole. 

Les élus du Sictom de Châteauneuf-sur-Loire se sont pourtant engagés à établir une nouvelle grille tarifaire, plus transparente, dès 2021, affirmait le syndicat dans un communiqué début décembre. Une étude pour élaborer les modes de calcul devait être lancée, "la nouvelle grille tarifaire s'attachera à refléter financièrement les services rendus aux usagers tout en tenant compte de leur production de déchets" dit le Sictom dans son communiqué.

La redevance mise en place en 2017 est jugée illégale

Pour rappel, une redevance avec un forfait a été instaurée, puis une facturation à chaque levée supplémentaire, au-delà de dix-sept levées) et c'est ce système de calcul complexe qui a été jugé illégal par le tribunal administratif d'Orléans le 10 novembre. Dans son jugement, la justice donne en effet raison aux quelques 1.800 foyers qui refusent de payer leurs factures depuis quatre ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess