Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Conforama Châtellerault : "Je ne veux pas crever dans le silence".

-
Par , France Bleu Poitou

Nouvelle journée de mobilisation pour les salariés de Conforama ! Grève pour dénoncer le squelettique PSE proposé par la direction pour accompagner la suppression de 1900 postes et la fermeture de 32 magasins. Parmi eux, celui de Châtellerault et ses 18 emplois où une seule salariée a osé débrayer.

Aurore Misurarca, représentante FO chez Conforama à Chatellerault, émouvante et courageuse dans son combat
Aurore Misurarca, représentante FO chez Conforama à Chatellerault, émouvante et courageuse dans son combat - A.M.

Châtellerault, France

Les clients de l'enseigne Conforama de Châtellerault ont eu droit à un spectacle inhabituel ce mardi. Devant leur magasin, une salariée toute seule avec derrière elle des communiqués du syndicat Force Ouvrière et une enveloppe sur laquelle sont inscrits les mots "en grève". Aurore Misurarca est la seule salariée a avoir choisi de débrayer pour expliquer aussi la situation aux clients

Je ne veux pas crever dans le silence

Représentante du syndicat FO, Aurore est dégoûtée par les propositions faites par la direction pour accompagner le PSE, le plan de sauvegarde de l'emploi. 3000 euros de prime supra-légale pour 5 à 10 ans d'ancienneté. "Je ne suis pas un kleenex" explique-t-elle aux clients qui l'interpellent sur son action et montrer ce qu'elle pense de ces conditions de départ que l'intersyndicale à Paris qualifie de honteuse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu