Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Conforama : les salariés stéphanois en grève contre les suppressions de postes

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les salariés du Conforama situé à l'Etrat, près de Saint-Etienne, étaient en grève ce jeudi. Leur magasin n'est, pour le moment, pas menacé de fermeture, mais ils étaient quand même une vingtaine se mobiliser devant l'enseigne, en solidarité avec leurs collègues du groupe.

Le magasin de Saint-Etienne emploie 40 personnes.
Le magasin de Saint-Etienne emploie 40 personnes. © Radio France - Olivia Chandioux

L'Etrat, France

Conforama confirme la suppression de 1.900 postes ainsi que la fermeture de 32 magasins. La direction du groupe l'a annoncé jeudi lors du Comité Central d'Entreprise. Pour le moment, le magasin Conforama situé à l'Etrat n'est pas dans la liste des magasins qui vont fermer. Cela n'a pas empêché trois quart des quarante salariés de faire grève par solidarité avec leurs collègues du groupe d'ameublement.

Pour Hervé Brossard, secrétaire du CE au magasin Conforama Saint-Etienne l'Etrat, l'avenir semble bien sombre. Cela fait 36 ans qu'il travaille pour le groupe : "Le moral en prend un coup. Il y a de l'émotion et de la colère mélangées et puis beaucoup d'inquiétudes parce qu'on ne sait pas où on va. Même si, nous élus, savions déjà depuis l'affaire Steinhoff en septembre 2017, qu'un jour ou l'autre on allait payer les pots cassés."

Tout le monde a peur", Aïcha Meziane, vendeuse chez Conforama

D'habitude, c'est au rayon meubles du Conforama que l'on retrouve Aïcha Meziane. Dix-sept ans qu'elle conseille des clients. Ce jeudi, c'est armée d'une pétition qu'elle arrête les voitures des clients, pour leur expliquer pourquoi elle et ses collègues sont en grève et leur demander de signer une pétition en signe de soutien : "L'ambiance ici est très morose. Tout le monde a peur. Il y en a qui ont des crédits, des enfants en bas âge, des engagements....", raconte-t-elle. 

Pour Philippe Ippler, délégué Force Ouvrière, c'est l'incompréhension qui domine : "Il y a du travail, on a énormément de clients qui sont demandeurs, je pense que Conforama c'est un magasin qui marche ; tout ça c'est par rapport à Steinhoff. On se sent arnaqué." Cela fait 28 ans que Christian travaille pour le groupe d'ameublement. La gorge serrée, il pense déjà aux conséquences du plan social : "On trouve que le gouvernement ne fait pas grand chose non plus pour nous, malgré tous les chômeurs que cela va générer, parce qu'il n'y a pas seulement les 1.900 postes, il y a aussi tous les transporteurs, les fabricants..." De son côté, l'actionnaire du groupe évoque des pertes de près de 500 millions d'euros en France depuis 6 ans.