Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Contournement de Beynac

Contournement de Beynac : la justice rejette la demande du département de suspendre la remise en état du site

-
Par , France Bleu Périgord

La cour administrative d'appel de Bordeaux a étudié ce jeudi 3 octobre la demande de délai du Conseil départemental de la Dordogne pour ne pas détruire les travaux déjà réalisés du contournement de Beynac. La demande a été rejetée.

Le projet de contournement routier prévoit la création d'une route de 3,2 kilomètres
Le projet de contournement routier prévoit la création d'une route de 3,2 kilomètres © Radio France - Charlotte Jousserand

Beynac-et-Cazenac, France

Neuf mois après l'arrêt du chantier de la déviation de Beynac, la justice vient de débouter le département. La cour administrative d'appel de Bordeaux a étudié ce jeudi 3 octobre la demande de délai du Conseil départemental de la Dordogne pour ne pas détruire les travaux déjà réalisés du contournement de Beynac. 

Le département tenu de démolir le chantier 

Le président du département, Germinal Peiro, demandait la suspension du jugement du tribunal administratif du 9 avril dernier qui imposait la destruction des piles du pont et la remise en état du site.

Débouté, le département est donc théoriquement tenu de démolir les travaux du chantier. Mais la cour administrative ne l'oblige pas financièrement puisque l'affaire du contournement sera jugée sur le fond le 26 novembre. 

Examen du fond de l'affaire le 26 novembre

Le tribunal administratif est convoqué le 26 novembre 2019 pour statuer. 

Les travaux ont commencé début 2018. Ils ont ensuite été stoppés le décembre suivant par le Conseil d'État. L'État avait renoncé à faire appel alors que le département est resté sur sa position. Selon Germinal Peiro, tout détruire coûterait 45 millions d'euros. 

Retrouvez le contenu du jugement de la Cour administrative d'appel de Bordeaux ici.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu