Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

Contre le plan social de General Electric à Belfort : la manifestation du 19 octobre en trois images

- Mis à jour le -
Par , , , , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon

La manifestation du 19 octobre contre les suppressions d'emplois chez GE a rassemblé moins de monde qu'en juin. Elle a fait éclater au grand jour les divisions syndicales. Résumé en trois photos et vidéo.

Trois images pour illustrer la manifestation du 19 octobre, moins nombreuse et plus divisée.
Trois images pour illustrer la manifestation du 19 octobre, moins nombreuse et plus divisée. - Radio France / AFP

Belfort, France

Après l'immense foule du 22 juin et l'union sacrée affichée entre élus et syndicats dans les rues de Belfort, la manifestation du 19 octobre a été plus clairsemée et plus tendue.

Deux fois moins de manifestants qu'en juin

Selon la préfecture du Territoire de Belfort, 2.600 personnes -dont 250 gilets jaunes- ont participé, dans le calme, à cette manifestation samedi : c'est deux fois moins que le 22 juin, selon la fourchette basse donnée à l'époque (5.000 à 8.000 manifestants). La CFE-CGC revendique, de son côté, 5.000 participants, ce qui reste bien moins important qu'il y a quatre mois.

Le défilé s'est mis en marche aux alentours de 14H30 sous la pluie pour arriver environ 45 minutes plus tard devant l'usine General Electric.

Les rassemblements des 22 juin et 19 octobre à Belfort. - Radio France
Les rassemblements des 22 juin et 19 octobre à Belfort. © Radio France - Nicolas Wilhelm et Sarah Videuil

Les manifestants ont pu être découragés par la pluie, les perturbations à la SNCF et le début des vacances scolaires. Il y a aussi sans doute la fatigue accumulée depuis cinq mois. Alors que les Belfortains étaient très remontés quelques semaines après l'annonce du plan social, ils sont peut-être davantage tournés vers ce qui pourrait être le tournant de ce mouvement : l'assemblée générale des salariés lundi matin. 

La CGT se désolidarise des autres syndicats

Ce qui couvait depuis quelques semaines s'est véritablement révélé ce samedi : la CGT refuse de suivre la CFE-CGC et Sud dans leur démarche de négociations avec la direction de General Electric. Après avoir traité de "vendues" les autres organisations syndicales, le délégué CGT, Cyril Caritey a décidé de ne pas se joindre au défilé. Il est parti en avance, manifester avec ses camarades cégétistes, en direction de l'usine GE de Belfort, pour rejoindre le piquet de grève.

La CGT manifeste à part le 19 octobre à Belfort. - AFP
La CGT manifeste à part le 19 octobre à Belfort. © AFP - SEBASTIEN BOZON

Première arrivée au piquet de grève, la CGT a voulu afficher sa proximité et sa solidarité avec les salariés en grève. A l'arrivée de l'autre cortège, celui de la CFE-CGC et de Sud, il y a eu des échanges tendus de part et d'autres. 

La CFE-CGC et Sud acceptent de négocier un accord avec la direction qui se traduirait par moins de suppressions d'emplois. La CGT refuse. Les salariés décideront lundi matin lors d'une assemblée générale à Belfort.

Ce sont "les salariés et uniquement les salariés qui feront ce choix de rentrer en négociation (...)" portant notamment sur un "rallongement du délai de la négociation du plan social avec 300 emplois sauvés", avait déclaré le délégué CFE-CGC Philippe Petitcolin, avant le départ de la manifestation, mettant en garde contre "les engagements de GE (qui) ne valent rien du tout".

Notre souhait est qu'il n'y ait aucun départ contraint (le maire de Belfort)

"Notre souhait est qu'il n'y ait aucun départ contraint, qu'on arrive avec des mesures d'âges, avec des départs volontaires à faire que personne ne reste sur le bord de la route", a pour sa part déclaré le maire de Belfort, Damien Meslot, évoquant "des avancées notables qui ne sont pas encore suffisantes".

Outre la présence d'élus locaux, le chef de file de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, participait à la manifestation, sans faire de déclaration. Sur Twitter, il a estimé que General Electric était "un fleuron de notre industrie nécessaire pour réaliser la transition énergétique que #Macron et ses amis ont abandonné".

Le Rassemblement National avait aussi appelé ses sympathisants à se joindre à la manifestation, dénonçant dans un communiqué "un impitoyable chantage à l'emploi" de General Electric.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu