Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Convergences des luttes à Orléans : 1100 manifestants selon la police, 4000 selon la CGT

jeudi 19 avril 2018 à 17:38 Par Eric Normand, France Bleu Orléans

C'était une nouvelle journée de mobilisation dans les rues d'Orléans. La CGT et Solidaires appelaient à la "convergence des luttes" pour construire un front commun contre Emmanuel Macron. La préfecture a compté 1100 manifestants, la CGT 4000.

Le cortège d'Orléans s'est arrêté devant la gare pour soutenir les cheminots.
Le cortège d'Orléans s'est arrêté devant la gare pour soutenir les cheminots. © Radio France - Eric Normand

Orléans, France

Certains rêvent en secret d'un nouveau "Mai-68" comme Alain Lefaucheux de la CGT cheminots, "c'est le début, la mobilisation est bonne mais on aurait pu être encore plus nombreux," admet-il.  "Mais je pense que ce n'est qu'un début pour gagner, moi je suis bientôt à la retraite. Mon cas, je m'en fous, si je suis dans la rue, c'est pour la jeunesse qui vient après moi. La CGT travaille sur cette convergence des luttes depuis des semaines et des semaines, elle commence et ça va s'amplifier. Gloire à ceux qui se sont battus pour nous en mai 68? et gloire à nous pour défendre le service public." Les cheminots étaient d'ailleurs de loin les plus nombreux, ils ont rejoint le défilé une demi-heure plus tard sous les applaudissements et les cris de soutien. 

Les cheminots étaient très nombreux dans le cortège d'Orléans - Radio France
Les cheminots étaient très nombreux dans le cortège d'Orléans © Radio France - Eric Normand

Les syndicalistes avaient lancé un appel à la "convergences des luttes ce jeudi 19 avril, il y avait 4 manifestations dans le Loiret à Orléans, Pithiviers, Montargis et Gien organisées par la CGT, rejointe par le syndicat Solidaires mais aussi le parti communistes et la France Insoumise. 

Beaucoup de drapeaux de la CGT

Des salariés du public et du privés étaient invités à rejoindre le  mouvement, mais l'appel a été peu suivi. Finalement, ce sont surtout des drapeaux de la CGT qu'on a vus dans les cortèges au grand regret d'Aurélio Ramiro, le secrétaire général de l'union locale du Loiret, "c'est bien, mais franchement on aurait pu être beaucoup plus nombreux si les autres syndicats n'étaient pas à la botte d'Emmanuel Macron, c'est regrettable qu'ils accompagnent le gouvernement - Ce qu'il faut," ajoute-t-il, "c'est la convergence des luttes, et elle se fera à la base dans les entreprises." Mais la CGT se défend d'être un syndicat agitateur, "c'est pour défendre un modèle de société et heureusement que nous sommes le fer de lance de la lutte," ajoute Aurélio Ramiro.

Les étudiants étaient également rassemblés  - Radio France
Les étudiants étaient également rassemblés © Radio France - Eric Normand

Un mouvement interprofessionnel 

Les manifestants s'étaient donnés rendez-vous sur le parvis de la cathédrale d'Orléans, avant de défiler dans les rues et terminer leur parcours devant la gare, comme un symbole aux cheminots. On y trouvait des acteurs de la santé et du social, des fonctionnaires, des retraités, des électriciens, des gaziers, des postiers, des enseignants, des salariés des finances publiques ou des affaires culturelles, et des étudiants, notamment de l'Unef. 

Il y avait 4 manifestations dans le Loiret. la préfecture a compté 1100 personnes à Orléans, 90 à Pithiviers avec des représentants de l'hôpital, 300 à Montargis et 100 à Gien où étaient présents de nombreux salariés de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly.