Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : 200 000 euros de moins dans les caisses du diocèse de Belfort-Montbéliard

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Les catholiques du Nord Franche-Comté ont donné 200 000 euros de moins à l'Eglise en ce début d'année 2020 comparé aux premiers mois de 2019. Cette baisse est due au confinement qui a vidé les églises. Le diocèse s'inquiète désormais de ce trou dans la caisse et appelle à "déconfiner le denier".

Les fidèles ont donné 200.000 euros de moins pour le denier cette année
Les fidèles ont donné 200.000 euros de moins pour le denier cette année © Maxppp - Jean François Ottonello

"On a récolté 130.000 euros depuis le début du mois de mars. On devrait être à trois fois ça", déplore Christian Cases, l'économe diocésain qui tient les comptes de l'Eglise dans le Nord Franche-Comté. La crise sanitaire et l'interdiction des cérémonies religieuses a grandement impacté les finances du diocèse de Montbéliard.  Malgré le déconfinement, les fidèles n'ont toujours pas rattrapé le retard accumulé depuis maintenant 3 mois.

Le diocèse appelle alors à "déconfiner le denier", cette participation volontaire des fidèles qui permet de payer à la fois le traitement des prêtres et des employés laïcs, très sollicités pendant la crise. Ils ont par exemple été nombreux à être mobilisés pour les funérailles ou pour des cérémonies en ligne sur Youtube.

L'inquiétude du diocèse

Ce trou dans la caisse inquiète l'Eglise. D'autant que la campagne du denier se lance traditionnellement au mois de mars, une période riche en fêtes chrétiennes. Pour Christian Cases, l'économe diocésain (le responsable des finances), l'épidémie ne pouvait pas tomber plus mal. "Normalement, notre campagne nous donne aux alentours de Pâques un tiers de notre budget. Elle est payée par les fidèles qui fréquentent nos églises avec cette semaine sainte et les semaines suivantes", explique-t-il. 

Néanmoins, à l'heure actuelle, l'économe diocésain a l'impression que la campagne vient de commencer alors qu'elle est ouverte depuis début mars. "Et même depuis le déconfinement, nous sommes sur une tendance qui n'est pas aussi intense, rajoute-t-il, puisque la fréquentation n'est pas en lien avec nos fêtes liturgiques habituelles. Là-aussi il y a un retard très important. On a rassemblé 128.000€ sur cette période. On misait sur 350.000€ au 31 mai. Donc il y a un vrai manque à gagner qui se verra cet hiver. Comment est-ce qu'on paiera le chauffage, l’électricité, le gaz », s’interroge l’économe.

"Piocher dans les réserves, ce n'est ni rassurant ni orthodoxe" - Christian Cases, économe du diocèse de Belfort-Montbéliard

Néanmoins, l'Eglise dans le Nord Franche-Comté dispose d'une épargne conséquente: "Contrairement à d'autres diocèses qui sont en difficulté financière, qui sont en panne de trésorerie, notre diocèse de Belfort-Montbéliard a pratiquement une saison d'avance, rappelle Christian Cases. Mais j'ai déjà commencé au mois d’avril et au mois de mai à puiser dans nos réserves pour pouvoir assurer le traitement des prêtres. Notre équilibre financier n'est pas encore en danger mais ça veut dire que nous prenons sur l’épargne de notre association. Et piocher dans les réserves, ce n'est ni rassurant ni orthodoxe", s'inquiète-t-il.

Pour compenser ces pertes, le diocèse a lancé un denier en ligne, où les fidèles peuvent payer par carte bancaire. Une campagne de quête en ligne, pour financer les 36 paroisses, est sur le point d'être clôturée. L'Eglise mise aussi sur le retour des cérémonies comme les messes du dimanche ou les baptêmes pour à nouveau retrouver des fonds.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu