Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : 800 millions d'euros de pertes pour le tourisme en Bretagne

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

La mise en place du confinement a conduit à la fermeture des établissements touristiques, des sites, des aquariums, des bases nautiques, etc. En avril, plus de 90% des professionnels du secteur estiment que leur chiffre d'affaires sera nul.

Un restaurant fermé.
Un restaurant fermé. © Radio France - Claire Leys

Les professionnels du tourisme en Bretagne sont inquiets et c'est peu de le dire. D'après un enquête menée notamment par le comité régional du tourisme ces derniers jours et à laquelle 3.000 professionnels ont répondu, le moral des acteurs du tourisme en Bretagne n'est pas bon.

Des chiffres d'affaires en chute libre

Avec la mise en place du confinement, 75% des entreprises du secteur touristique ont perdu plus de la moitié de leur chiffre d'affaires au mois de mars. En avril ce sera pire. Près de neuf entreprises sur dix estiment que ce chiffre sera proche de zéro.  Selon le comité régional du tourisme, ces deux mois de confinement devraient engendrer 800 millions d'euros de perte pour le secteur du tourisme en Bretagne (sur un chiffre d'affaires annuel de 6,6 milliards d'euros).

En réalité il devrait être encore plus important car l'activité ne risque pas de reprendre dès le 11 mai. 70% des acteurs de la filière touristique bretonne ont enregistré des annulations pour les mois à venir. Les réservations de juillet et août sont aussi en baisse par rapport à la moyenne habituelle. Dans le pire des cas, une reprise à la fin du mois de juillet entraînerait une perte de 50% du chiffre d'affaires de la filière.

Un recours massif au chômage partiel

Face à cette situation économique inédite, les chefs d'entreprises s'adaptent et font appel en grande majorité au chômage partiel. 20.000 à 25.000 salariés seraient concernés par cette situation en ce moment. La moitié travaille dans le secteur de l'hébergement. L'emploi saisonnier pourrait aussi subir les conséquences de la crise sanitaire.

Quelles aides pour les entreprises ?

D'après l'étude menée par le comité régional du tourisme et ses partenaires, près de la moitié des professionnels ont déjà fait appel aux aides financières mises en place : fonds de solidarité, report des charges sociales ou prêt bancaire garanti par l'Etat. 

Lorsque le "déconfinement" sera venu, les professionnels du tourisme espèrent pouvoir compter sur une large campagne de communication et un soutien des institutions. Des actions sont déjà menées en ce sens.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess