Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : Avec le confinement les horticulteurs redoutent une "catastrophe" pour leur filière

-
Par , France Bleu Berry

Filière agricole discrète, indépendante des aides de la PAC, l'horticulture est pourtant dynamique et forte pourvoyeuse d'emploi, spécialement en région Centre-Val-de-Loire. Mais toute cette filière appréhende aujourd'hui un crash de son activité en raison de la lutte contre le Covid-19.

Aurélie Erdeven, prépare les fleurs commandées pour le dimanche des rameaux, maigre consolation face à la crise qui touche son entreprise et la filière
Aurélie Erdeven, prépare les fleurs commandées pour le dimanche des rameaux, maigre consolation face à la crise qui touche son entreprise et la filière - Aurélie Erdeven (Droits réservés)

Pour les horticulteurs , il n'y a pas l'ombre d'une ambiguïté, l'épidémie de Coronavirus puis les mesures de confinement de la population sont arrivés au PLUS mauvais moment, difficile de faire pire. Tous les points de vente sont fermés au moment même ou la filière réalise les trois-quarts de son chiffre d'affaire.

"80% des ventes se font en ce moment et ils ont dû tout détruire, c'est catastrophique", s'est alarmée la présidente de la FNSEA Christiane Lambert lundi dernier. A Heugnes dans l'Indre (entre Châteauroux et Loches) Aurélie Erdeven, qui a repris l'affaire familiale des Jardins du Nahon, confirme : "Il y a des variations selon les exploitations mais chacun réalise entre 60 et 80% de son chiffres d'affaires  sur la période Mi-Mars, avril, mai" 

Risque de perte de 80% du chiffre d'affaires annuel

Des marchandises périssables dont la vente ne pourra pas être rattrapée et qui en plus sont déjà payées précise Jean-Marie Fortin, président de la Chambre d'agriculture du Loiret, un département ou l’horticulture pèse 1000 emplois soit la moitié des emplois de toute la région. "_Emballage, main d'oeuvre, plants, chauffage: tous les frais engagés dans la production sont déjà payés et on ne va rien vendre. Perdre 80% de son chiffre d'affaire en ayant payé ses charges, c'est exceptionne_l [...] ça va avaler tous les fonds propres de l'entreprise. S'il n'y a pas une aide, les entreprises horticoles disparaîtront dans six mois", selon le producteur de Saint-Denis-en-Val, près d'Orléans.  

La solidarité des consommateurs, ultime espoir des professionnels

A Heugnes, Aurélie Erdeven, espère des aides de l'Etat mais aussi un coup de pouce des consommateurs. La jeune horticultrice peut encore vendre les plants potagers et dit étudier un dispositif pour les écouler en toute sécurité sanitaire. Il pourrait s'agir d'un drive pour récupérer des commandes.

En attendant le dimanche des rameaux sera tout de même l'occasion de rentrer un peu d'argent. La tradition d'aller fleurir les tombes de proche pour cette journée reste vivace dans notre région mais cette année le coronavirus change la donne. Impossible de se déplacer dans les cimetières. Ce n'est pour ça qu'il ne faut pas acheter de fleurs explique Jean-Pierre Meillant horticulteur à la Châtre et qui rappelle que les horticulteurs peuvent aller fleurir les tombes et qu'il n'est pas trop tard pour passer commande.

Mais le soutien des consommateurs devra perdurer plus longtemps qu'un dimanche, faute de quoi de nombreux horticulteurs pourraient mettre la clé sous la porte. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu