Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : "Cette année n'est pas une année pour les fleuristes de Normandie"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

En ce Ier mai, les fleuristes ont obtenu de pouvoir vendre le traditionnel muguet mais après commande en retrait ou en livraison. Une petite satisfaction pour les professionnels qui estiment que l'année sera perdue en raison de la Pandémie du coronavirus et les impératifs de confinement

Les Fleuristes peuvent vendre le muguet en livraison ou en point de retrait
Les Fleuristes peuvent vendre le muguet en livraison ou en point de retrait © Maxppp - Gilles Bader

Les ventes de muguet chez les fleuristes ne sont possibles aujourd'hui que sur livraison ou en retrait de commande a indiqué le gouvernement. 

Faute de pouvoir ouvrir leur boutique, cette solution permet aux professionnels de vendre le traditionnel brin porte-bonheur.

"Nous avons le droit de mettre une table devant notre pas de porte, explique Sophie Amice Lerebourg, présidente de la Chambre syndicale des fleuristes de Normandie mais la nouvelle est très tardive et pour nous retourner c'est très compliqué."

C'est compliqué de mettre en place un drive. Il faut les structures 

Les boutiques resteront donc fermées et le muguet ne pourra pas être acheté ce vendredi Ier mai directement. La table installée ne permet que de préparer le drive et de respecter les mesures de distanciations.

"C'est compliqué de mettre en place un drive, relativise Sophie Amice Lerebourg. Il faut les structures : à la fois des magasins relativement grands et du personnel pour pouvoir faire les livraisons. 

Pour le muguet, nous ne savions pas vraiment s'il serait possible de faire du drive ou de la livraison. Tout cela est très tardif et pour les boutiques légèrement plus petites, c'est plus compliqué."

Je trouve cela très dommage d'avoir mis le muguet chez des buralistes ou des boulangers

Il y a une semaine, la présidente de la Chambre syndicale des fleuristes de Normandie avait regretté que d'autres commerces puissent vendre le muguet.

"Je suis quelqu'un qui milite terriblement pour que chacun reste à sa place. J'estime que les fleuristes avaient leur mot à dire pour ce muguet. Nous avons la primeur du muguet et je trouve cela très dommage d'avoir mis le muguet chez des buralistes ou des boulangers. 

Alors attention. Quand les fleuristes notamment dans des petites bourgades ont pu s'arranger avec les commerçants parce qu'il existe une entente avec les commerçants, c'est très différents."

L'année sera également dure pour les producteurs de muguet et les fleuristes mais la présidente de la Chambre syndicale des fleuristes de Normandie veut rester tout de même positive.

Nous avons évitez la vente à la sauvette et nous avons été très entendus. C'est une victoire pour nous en vue des prochaines années

"Pour les producteurs, c'est un an de travail un petit peu anéanti suite à la décision du Ministre de l'Agriculture mais il faut essayer d'être positif.

On est en plein confinement. Il faut rester très très prudent avec le drive et la livraison. Cette année n'est pas une année pour nous cette année mais on a quand même gagné sur le plan communication avec la fédération. Nous avons évitez la vente à la sauvette et nous avons été très entendus. C'est une victoire pour nous en vue des prochaines années."

Le Premier mai fait partie des quatre grosses ventes de fleurs pour l'année. Il reste encore la fête des mères aux fleuristes le 7 juin prochain pour sauver ce qui peut l'être.

Les fleuristes feront partie des boutiques qui pourront ouvrir le 11 mai mais sous conditions strictes.

"L'année est perdue, estime Sophie Amice Lerebourg. Ce ne sont pas trois jours qui vont vous permettre de pouvoir permettre de maintenir un chiffre d'affaire sur une année.

Evidemment, nous sommes très confiants pour la fête des mères. Maintenant, pour le confinement, on est aujourd'hui totalement dans le flou  avec la question des masques par exemple. On essayera de s'organiser mais cela restera très compliqué."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess