Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "Nos entreprises de travaux publics ont besoin de redémarrer mais en sécurité"

Régis Binet, le président de la fédération régionale des travaux publics en Normandie, était ce mardi matin notre invité. Il estime qu'"Il y a urgence à reprendre les chantiers" mais dans le respect des mesures de protection des salariés aux risques engendrés par le coronavirus.

Régis Binet, président de la Fédération Régionale des Travaux Publics en Normandie
Régis Binet, président de la Fédération Régionale des Travaux Publics en Normandie © Radio France - Nina Valette

Près de 80% des chantiers de construction sont à l'arrêt en France. Le secteur du Bâtiment et des travaux publics emploie 18.000 salariés en Normandie et pèse dans notre région entre 1,8 et 2 milliard d'euros.

Invité sur notre antenne, Régis Binet, le président de la fédération régionale des travaux publics en Normandie a rappelé l'importance d'un redémarrage de l'activité sous condition.

"Il y a urgence à reprendre les chantiers. Maintenant, on ne pourra les reprendre qu'en respectant le guide de préconisation établi par l'organisme professionnel de prévention du BTP."

La difficulté est effectivement de pouvoir assurer le respect des gestes barrières et d'assurer la protection des salariés de ce secteur face à la Pandémie du coronavirus. Les métiers du BTP s'y prêtent parfois difficilement.

Il sera très compliqué pour nos salariés de s'habituer aux nouveaux gestes. Parce qu'ils doivent aussi respecter les règles de sécurité qui nous étaient déjà imposées sur les chantiers

"Ils peuvent être correctement respectés, estime Régis Binet, à, condition de prendre soin de chacun d'entre nous.

Il est clair que pour le transport ou la réalisation de chantiers il sera très compliqué pour nos salariés de s'habituer aux nouveaux gestes. Parce qu'ils doivent aussi respecter les règles de sécurité qui nous étaient déjà imposées sur les chantiers.

Cela fera encore des règles supplémentaires à respecter si on veut reprendre. Alors effectivement dans notre fédération des travaux publics on a différents métiers : de route, de terrassement, de canalisation.

Les personnes qui travaillent sur le terrassement peuvent peut-être évoluer avec une personne par engin alors que pour un métier de canalisation il y aura de la proximité à poser des tuyaux ou à rester dans la tranchée."

Il va falloir lutter contre les routines et les habitudes de travail des salariés du secteur, estime le président de la fédération régionale des travaux publics en Normandie.

Nos compagnons n'accepteront les conditions qu'on leur proposera que s'ils sont en parfaite protection pour eux et pour leur propre famille.

"Il faut d'abord essayer de les convaincre et de les rassurer. Il faut leur faire comprendre que de toute façon leur vie est en danger. 

Nos compagnons n'accepteront les conditions qu'on leur proposera que s'ils sont en parfaite protection pour eux et pour leur propre famille.

Il faut qu'ils comprennent que nos entreprises ont aussi besoin de redémarrer mais tout en respectant ces règles."

Les délais mis pour la réalisation de nos chantiers vont être complètement modifiés dans les semaines et les mois à venir.

Régis Binet prévient également que la mise en place de ces précautions et le respect des règles barrière auront des conséquences sur le délai des chantiers.

"Ces règles préconisées par notre organisme professionnel de prévention vont nous obliger à respecter certains gestes et retarder l’exécution de nos chantiers. 

Il faudra que nos clients et maîtres d'usages comprennent que les délais mis pour la réalisation de nos chantiers vont être complètement modifiés dans les semaines et les mois à venir."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu