Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus - confinement : il appelle les maires à demander la réouverture des marchés dans les Landes

-
Par , France Bleu Gascogne

Jackie Barbe, le président du Groupement interdépartemental des commerçants non-sédentaires, a envoyé ce mardi un courrier à 27 maires ainsi qu'à la préfecture des Landes. Il appelle les maires à demander la réouverture des marchés.

Le Premier ministre a annoncé ce lundi soir la fermeture des marchés en plein air. (photo d'illustration)
Le Premier ministre a annoncé ce lundi soir la fermeture des marchés en plein air. (photo d'illustration) © Radio France - Claire Leys

"Nous comptons sur vous pour sauver le petit commerce alimentaire." Dans une lettre envoyée ce mardi à 27 maires des Landes, Jackie Barbe, le président du Groupement interdépartemental des commerçants non-sédentaires, leur demande "d'intervenir auprès de la Préfète afin de pouvoir maintenir un marché alimentaire, même restreint". Il a envoyé ce même courrier à la préfecture et à la sous-préfecture.

Ce lundi soir, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé la fermeture des marchés ouverts, ajoutant "qu'il sera permis aux préfets sur avis des maires de déroger à cette interdiction" dans certains cas, notamment quand le marché est le seul moyen d'accéder à des produits frais. Cela peut être le cas dans les villages, par exemple.

Pour Jackie Barbe, l'interdiction des marchés en plein air est une mauvaise décision. "Je souhaite que les marchés alimentaires soient maintenus pour que les gens qui sont attachés à leur marché puisse venir faire leurs commissions", explique-t-il. Avant de préciser : "Pas venir pour papoter, mais venir acheter des produits frais dans des conditions de sécurité, comme ça a été fait à Mont-de-Marsan et à Dax la semaine passée".

"Je crois qu'on marche sur la tête..."

Le président du Groupement interdépartemental des commerçants non-sédentaires pousse un coup de gueule contre les mairies landaises. "À part le maire de Pontonx et la maire de Soustons, les maires landais n'ont même pas demandé l'autorisation à la Préfète de rouvrir les marchés", s'étonne Jackie Barbe. "Pourtant, ces gens-là, lorsqu'ils sont en campagne électorale, le premier endroit où ils viennent, c'est sur les marchés. Et là, ils ont des belles paroles avec les commerçants, et ils se mettent devant nos stands pendant des heures pour distribuer leurs tracts. Mais lorsque l'on est en grande difficulté, ils ne lèvent même pas le petit doigt pour nous défendre. C'est une honte..."

Jackie Barbe est encore plus en colère lorsqu'il observe que les grandes surfaces, elles, ne sont pas interdites. Il dénonce une "discrimination". "On n'est pas plus en danger sur les marchés, à mon avis, que dans les supermarchés. Sur les marchés, vous êtes en plein air et le commerçant vous sert avec un masque et des gants. Dans un supermarché, tout le monde touche à tout. Alors, quel est l'endroit le plus dangereux ?", s'interroge-t-il. "Je crois qu'on marche sur la tête..."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu