Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus - Crise dans l'hôtellerie : "L'Etat doit tenir ses engagements", pour un professionnel poitevin

-
Par , France Bleu Poitou

Après les promesses faites par l'Etat, les professionnels du secteur hôtelier attendent toujours des aides financières concrètes. C'est le constat d'Emmanuel Lhortolary, vice-président du club des hébergements de la Vienne et invité de France Bleu ce mercredi 30 septembre.

Illustration : les pertes financières pour le secteur de l'hôtellerie dans la Vienne pourraient atteindre 40%.
Illustration : les pertes financières pour le secteur de l'hôtellerie dans la Vienne pourraient atteindre 40%. © Maxppp - Dylan Meiffret

"Certains hôteliers ont passé une bonne saison, mais ça ne rattrape pas la période du confinement", estime Emmanuel Lhortolary, vice président du club des hébergements de la Vienne, représentant d'une quarantaine d'hôtels, gîtes et chambres d'hôtes du département. "Les pertes financières atteignent pour certains 30 à 40%, et les mois à venir, avec des calendriers et cahiers de réservations vides, sont très anxiogènes". Le constat de ces premiers mois de crise Covid-19 est alarmant pour le secteur et l'annonce de Bruno Lemaire, ministre de l'Economie, du prolongement du chômage partiel pour le secteur jusqu'en décembre, ne rassure pas plus dans le Poitou. 

"On attend maintenant la mise en place des mesures promises par le gouvernement", détaille Emmanuel Lhortolary

Sur les soutiens financiers, Emmanuel Lhortolary n'est pas non plus serein. "Il y a eu beaucoup de promesses, d'engagements, d'annonces de l'Etat, développe-t-il. Mais après les collectivités locales qui devaient mettre tout cela en place, opposent parfois des fin de non-recevoir. C'est le cas par exemple pour la contribution foncière des entreprises (CFE) que les collectivités auraient dû prendre en partie ou totalement à leur charge". Le représentant des hôteliers estime que les prochains mois et la survie de nombreuses entreprises, dépend de ces engagements. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess