Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : dans l'impasse, les boîtes de nuit appellent l'Etat à l'aide

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu
Saint-Savin, Isère, France

Depuis le fin de l'état d'urgence sanitaire ce vendredi, les établissements de nuit sont le dernier secteur économique du pays à ne pas avoir rouvert. Il faudra donc se passer des pistes de danse cet été, ce qui provoque colère et sentiment d'injustice du côté des gérants de discothèques.

Les établissements de nuit ne pourront pas rouvrir cet été en France.
Les établissements de nuit ne pourront pas rouvrir cet été en France. © Maxppp - Aurélien Morissard

La fin de l'état d'urgence sanitaire ce vendredi et l'attente d'annonces gouvernementales sur la réouverture des discothèques a été la goûte d'eau de trop pour Nicolas Jullien, patron du VIP ICE Discothèque à Saint-Savin en Nord-Isère. Une situation inquiétante pour lui et ses collègues. Il a lancé une pétition en ligne pour appeler l'Etat à réagir.

"Pourquoi notre secteur d'activité serait le seul à rouvrir en septembre alors que quand on voit ce qu'il s'est passé pour la fête de la musique et ce qui va se passer pour le 14 juillet. Les rassemblements en extérieur ou dans les bars, les règles sanitaires ne sont pas respectées" déplore le chef d'entreprise. Grâce à sa pétition, il souhaite sensibiliser le plus de monde possible à la situation alarmante des établissements de nuits.

Ce patron se sent stigmatisé. "J'ai l'impression que ça ne plait pas forcement d'avoir une discothèque" dit-il. "Il y a un secteur économique qu'on est en train de laisser à l'abandon en France" poursuit Nicolas Jullien. "Il y a déjà eu des dépôts de bilan et il y en aura encore" explique-t-il encore.

Ne nous laissez pas mourir

Par cette pétition, il appelle l'Etat à l'aide, "c'est un appel au secours même" note Nicolas Jullien. "On ne demande rien, on veut juste pouvoir travailler" précise-t-il encore. "Si vous ne voulez pas que l'on rouvre, on peut l'entendre même si c'est difficilement acceptable. Mais faites au moins quelque chose pour nous, prenez des mesures économiques. Ne nous laissez pas comme ça" implore ce patron, exténué par la situation. 

Manifestation ce dimanche à Paris

Une manifestation de plusieurs patrons de discothèques aura lieu ce dimanche à Paris devant le ministère de la Santé, "l'instance qui ne souhaite pas une réouverture car le Conseil scientifique n'a pas donné son accord" indique Nicolas Jullien. "Un protocole avait pourtant été trouvé pour redémarrer le 10 juillet, ce que le Conseil scientifique a refusé. Le ministère de la Santé s'est rangé derrière lui" conclut Nicolas Jullien.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess