Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

Coronavirus dans les Landes : le député Lionel Causse (LREM) veut taxer les bénéfices des banques

-
Par , France Bleu Gascogne

Lionel Causse, député LREM des Landes, a co-rédigé des amendements visant à taxer les banques et les assurances pour abonder le fond de solidarité face au COVID-19. Ces amendements à la loi de finance modificative sont examinés ce vendredi. Ils ne seront pas retenus sait déjà le député LREM.

Le député des Landes Lionel Causse (LREM) à l'Assemblée Nationale
Le député des Landes Lionel Causse (LREM) à l'Assemblée Nationale © Maxppp - Thomas Padilla

Lionel Causse souhaite taxer les banques et les assurances, notamment sur leurs bénéfices, pour qu’elles participent à la solidarité nationale. Le député LREM des Landes a co-rédigé des amendements en ce sens soutenus par 80 députés de la majorité dans le cadre de la loi de finance modificative liée à la pandémie. 

"Il y a des taxes que l’on propose sur des bénéfices car aujourd’hui ce sont des bénéfices de plusieurs milliards", explique le député des Landes. "Donc nous considérons que si on taxe une partie de ces bénéfices qui vont partir dans le courant de l’année, ou en dividendes pour les actionnaires ou sur des réserves et des fonds propres, rien n’empêche qu’une partie aussi aille sur le fond de solidarité". 

10 milliards d'euros

Certains des prélèvements sur les banques et les assurances, proposées par les amendements co-rédigés par Lionel Causse, ont déjà été mis en place lors de la crise financière de 2008 par Nicolas Sarkozy. Selon le député des Landes, ces mesures avaient permis, à l'époque, de récolter 7 milliards d'euros. Mais aujourd'hui la crise est encore plus importante : "Je pense qu'il faut qu'on arrive, entre les assurances et les banques à atteindre les 10 milliards d'euros de participation", compte le député LREM. 

Est-ce que la crise que l'on connait a permis aux députés de la majorité présidentielle de retrouver leur flanc gauche avec ces propositions de taxe sur les bénéfices des banques et des assurances ? "Je ne sais pas si taxer les banques c'est une mesure de gauche", répond Lionel Causse, "ce que je sais, c'est qu'on a besoin d'aider nos artisans, nos commerçants et nos entreprises aujourd'hui qui sont en très très grosses difficultés". 

Le gouvernement ne devrait pas retenir ces amendements et ces taxes selon le député. Mais Lionel Causse espère que l’idée va infuser et revenir sur le tapis d’ici le mois de septembre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess