Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : de nouvelles mesures dans les Pyrénées-Atlantiques, fermeture à 22h pour les bars

Face à l'explosion du taux d'incidence dans les Pyrénées-Atlantiques, le préfet Eric Spitz prend de nouvelles mesures pour lutter contre la covid-19. Tous les bars du département devront fermer à 22 heures et les restaurants à 23h30 pendant 15 jours au moins.

Éric Spitz, préfet des Pyrénées-Atlantiques (septembre 2020)
Éric Spitz, préfet des Pyrénées-Atlantiques (septembre 2020) © Radio France - Stéphane Garcia

Tous les bars des Pyrénées-Atlantiques devront baisser leur rideau à 22 heures, et les restaurants à 23h30. L'arrêté préfectoral prend effet à partir de jeudi 22 octobre et pour deux semaines au moins.  Ce sont les premières mesures prises par le préfet face à l'explosion du taux d'incidence de la circulation du virus. Les restaurants devront aussi appliquer une distance d'un mètre entre chaque chaise, alors que cette distance s'appliquait aux tables auparavant. 

Tous les établissements devront fermer à 23h30

Les bars servant à manger pourront continuer à servir de l'alcool pour les personnes qui se restaurent, "dans la limite du raisonnable, il ne s'agit pas dans manger une tapa pour trois verres de vin" précise le préfet en ajoutant que les mesures sanitaires doivent être respectées (tout le monde assis, un mètre entre les chaises). Eric Spitz ajoute que, pour rester ouverts après 22h, il faut que ces bars présentent une carte "digne d'un restaurant" comme une carte détaillée de tapas ou des burgers. "Servir des cacahuètes ou des planches de charcuterie ne suffira pas" avance le préfet des Pyrénées-Atlantiques. 

Au plus tard, les restaurants et les établissements servant à manger devront fermer à 23h30. "Les restaurants pourront donc rester ouverts après 22h, mais devront cesser leur activité de bar (service de boissons en dehors d’un repas)", explique ainsi la préfecture. Tous les bars, à l'instar des restaurants, devront tenir un carnet où ils enregistrent le nom et le numéro des clients (des données conservées pendant deux semaines pour identifier d'éventuels cas contact).

Eric Spitz doit par ailleurs s'adresser aux policiers mardi 21 octobre pour donner des consignes sur les contrôles. "Avant de regarder dans les assiettes, il s'agira avant tout de vérifier que les mesures sanitaires sont bien respectées : tous les clients assis avec un mètre de distance entre chaque chaise, que le personnel porte le masque, la tenue du carnet, etc.", explique le préfet. L'ARS précise qu'il n'y a pas, à ce jour, de cluster déclaré dans des bars du département. 

De nouvelles mesures pour le sport, les sorties scolaires interdites

Les sorties scolaires et périscolaires sont interdites. En outre, la préfecture ordonne la fermeture des vestiaires dans tous les établissements sportifs amateurs. Cette mesure s'applique donc autant aux vestiaires installés dans des gymnases qu'aux vestiaires des clubs de rugby ou de football. Il y aura trois exceptions : les scolaires et les professionnels pourront continuer à les utiliser et les piscines qui possèdent des vestiaires individuels les conserveront. Autre conséquence : les piscines n'ayant pas de vestiaires individuels devront fermer leurs portes. Les sorties scolaires et périscolaires sont interdites.

La jauge pour les événements où le public est assis reste à 5000 spectateurs." - Eric Spitz, le préfet des Pyrénées-Atlantiques 

Le préfet indique qu'il n'abaisse pas la jauge des spectateurs de 5000 à 1000 car cette jauge concerne principalement les clubs professionnels de rugby, basket et handball dans le département. "J'ai assisté à des matchs dans chacun de ces clubs, le protocole mis en place pour les spectateurs est tout à fait satisfaisant et il n'y a pas de cluster chez les supporters." Un petit cluster est en revanche recensé dans l'effectif professionnel du club de rugby du Biarritz Olympique où cinq personnes sont contaminées. 

Des chiffres alarmants, deux clusters en EPHAD

Tous les indicateurs sanitaires se dégradent dans le département. Les Pyrénées-Atlantiques ont le taux d'incident le plus élevé de Nouvelle-Aquitaine à ce jour. En moins d'une semaine, ce taux d’incidence est passé de 125 à 208 contaminations pour 100 000 habitants. Ce taux d'incidence est également alarmant chez les plus de 65 ans où il atteint 68,5 cas pour 100 000 habitants et 58 pour les personnes âgées de 65 à 74 ans. Deux clusters sont enregistrés dans des EPHAD du Béarn à Navarrenx et à Oloron-Sainte-Marine. 1427 personnes ont testées positives lundi 19 octobre.  Le département a enregistré 31 hospitalisations ce lundi réparties principalement sur la côte basque et sur Pau.  9 places sont occupées en réanimation, 6 à Bayonne et 3 à Pau hier. Le département compte 26 clusters, beaucoup sont en milieu universitaire.

Le préfet, Eric Spitz, explique qu'il aurait pu prendre des mesures plus importantes, comme l'abaissement de la jauge de spectateurs ou encore une possible fermeture des buvettes, mais qu'il préfère faire un point dans deux semaines : "Nous aurions pu prendre des mesures encore plus radicales mais nous souhaitons préserver l'économie et surtout nous réalisons énormément de tests, nous avons le meilleur taux de test de la région. La situation sanitaire est très mauvaise mais elle est pour l'instant contrôlée dans les hôpitaux" conclut le préfet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess