Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : des bons d'achats pour soutenir les petits commerçants du Loiret

-
Par , France Bleu Orléans

La solidarité s'organise autour des petits commerçants. Pour tenir jusqu'au 11 mai, certains proposent à leur clients d'acheter des bons d'achats qui seront dépensés plus tard. Une manière de faire rentrer un peu d'argent dans les caisses avant la reprise de l'activité.

Un institut de beauté qui propose des bons d'achat
Un institut de beauté qui propose des bons d'achat - Institut Escale à Ingré

En dehors des cafés et restaurants, tous les petits commerces vont pouvoir rouvrir et reprendre leurs activités le 11 mai prochain, avec la fin des mesures de confinement. Mais, encore faut-il tenir jusque là ? Malgré les mesures d'aide du gouvernement, les petits commerçants ont des difficultés aujourd'hui pour payer leurs loyers et leurs charges. Certains proposent donc à leur clients d'acheter des bons d'achats qui pourront être dépensés plus tard.. Une petite bouffée d'oxygène pour ces commerces en difficulté !!!

" J'ai été super, super agréablement surprise

Christelle Cariou tient depuis 12 ans une boutique de bijoux, à Ingré, au nord d'Orléans. Il y a 3 semaines, elle s'est inscrite sur la plateforme "Soutien-commerçants-artisans" où les clients peuvent acheter des bons d'achats à des petits commerçants dans toute la France. " Ce n'est pas le tout de s'inscrire, il faut ensuite communiquer avec ses propres réseaux sociaux. Mais, moi j'ai été super, super agréablement surprise. Il y a même des personnes qui ne sont pas clients chez moi qui ont pris un bon d'achats. C'est un signe fort de solidarité.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'argent est tout de suite encaissé et il permet au commerçant de passer ce cap difficile avant la reprise. " Moi, ça va me permettre de payer les charges et aussi des factures de fournisseurs que je ne veux pas mettre dans le rouge non plus. Moi, j'y tiens à mes fournisseurs." poursuit Christelle Cariou. Cette commerçante, qui travaille seule, n'a perçu pour l'instant que le fonds de solidarité d'un montant de 1.500 euros. " J'espère que les banques nous donneront aussi un coup de pouce, que ce soit reconnu comme une catastrophe naturelle." 

Librairie le Hérisson, dans le Centre ville de Montargis
Librairie le Hérisson, dans le Centre ville de Montargis - Librairie le Hérisson

A Montargis, la librairie du Hérisson ( rue du Général Leclerc) a elle choisi de s'adresser directement à ses clients via Facebook. Mais le principe est le même : les inciter à prendre des bons d'achats qu'ils pourront dépenser plus tard. " On a des clients très généreux" se félicite la patronne des lieux, Stéphanie Delattre. " En quelques jours seulement, j'ai déjà récupéré 2.000 euros en bons d'achats". 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Dans son cas, cet élan de générosité va servir à assurer le salaire de son employée. " Bien sûr, il y a le chômage partiel" explique Stéphanie Delattre. "Mais, c'est à moi d'avancer l'argent et après l'Etat me rembourse. Il y a aussi le loyer à payer. Pour moi, l'objectif, c'est d'éviter d'accumuler les dettes avant la reprise." En tous cas, cette marque de solidarité des clients a donné des ailes à la libraire. Elle vient de mettre en place un service de "drive" où les clients peuvent venir récupérer un livre après avoir passé commande. " J'ai longtemps hésité et puis finalement, ça me prépare à la reprise. Mais, il reste beaucoup d'inconnus sur les conditions dans lesquelles on va pouvoir rouvrir nos librairies." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess