Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : des commerces du centre-ville du Mans font face à une baisse de clientèle

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Certains commerces du centre-ville du Mans voient leur fréquentation baisser à cause de l'épidémie de coronavirus Covid-19. Des mesures d'hygiène renforcées, des livraisons ou un drive, ils s'adaptent pour continuer à être attractifs.

Le centre-ville du Mans n'est pas non plus totalement vide, samedi 14 mars.
Le centre-ville du Mans n'est pas non plus totalement vide, samedi 14 mars. © Radio France - Clémentine Sabrié

Il y a eu un avant et un après allocution d'Emmanuel Macron du jeudi 12 mars 2020 à la charcuterie Quélier, rue de l'Etoile au Mans. Pour lutter contre le coronavirus Covid-19, le président de la République a annoncé que toutes les crèches, les écoles et les universités allaient fermer dès le lundi 16 mars, que les personnes de plus de 70 ans, plus fragiles, devaient limiter les déplacements et les interactions et que les salariés qui le peuvent devaient favoriser le télétravail. Dès le lendemain du discours, "pof ! Une très grosse baisse de fréquentation, beaucoup moins de clients", explique la gérante Annick-Charlotte Quélier. Son chiffre d'affaire a chuté de moitié par rapport à un vendredi normal. Elle attribue cette baisse aux ruées de personnes dans les hypermarchés de périphérie et les drives. "Nos magasins sont amenés à rester ouverts et à être ravitaillés normalement", tempère-t-elle. En Sarthe, 14 personnes sont contaminées par le Covid-19, selon le recensement de l'Agence régionale de Santé du samedi 14 mars.

Des règles d'hygiène accrues

Au Dressing, un restaurant situé à la Visitation, la fréquentation n'a pas encore baissé. La responsable, Stéphanie Lucet, s'attend à recevoir moins de clients dès la semaine prochaine, notamment au déjeuner. Les travailleurs qui viennent chercher leur salade du midi dans son établissement, pourraient faire du télétravail et, donc, ne pas sortir en ville pour manger. Stéphanie Lucet tient à les rassurer et à les protéger grâce à des mesures d'hygiène supplémentaires. 

Par exemple, du gel hydroalcoolique est mis à disposition des clients pour qu'ils se lavent les mains avant leur repas. Stéphanie Lucet tient aussi à respecter la distance de sécurité d'un mètre. "Tous les clients doivent être à un mètre les uns des autres et on veillera à ce qu'il n'y ait pas de promiscuité trop importante entre les différentes tables", souligne la responsable.

"C'est important et je pense que tout le monde doit le faire, pour notre protection et celle des clients."

La librairie Doucet envisage un drive ou des livraisons

La librairie Doucet avait un peu moins de clients ces derniers temps à cause de l'épidémie de coronavirus, mais depuis l'annonce de la fermeture des établissements scolaires il y a un peu de changement. "On constate une baisse de fréquentation logique, car les gens hésitent à se déplacer, mais ceux qui viennent font des provisions", détaille Marie-Adélaïde Dumont, gérante de la librairie. Ils repartent avec des livres, pour les adultes et les enfants, des cahiers d'activités ou de coloriage, ou du matériel pour les activités manuelles. Un stock pour ne pas s'ennuyer une fois confinés.

La boutique anticipe déjà des mesures de restrictions plus dures, voire une baisse drastique de sa fréquentation. La responsable envisage de mettre en place un drive où les clients et les vendeurs ne rentreraient pas en contact. Sinon, elle pourrait organiser un système de livraison à domicile dans l'agglomération mancelle. Ses employés seront désœuvrés s'il y a moins de monde au magasin, donc ils pourraient effectuer les livraisons. Seul problème : le coût pour le client. "Il y a une loi sur les ventes internet qui nous interdit de faire des livraisons gratuites", précise Marie-Adélaïde Dumont. "Il faut voir avec notre syndicat s'il peut y avoir une dérogation pour livrer gratuitement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu