Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : des transporteurs de FedEx protestent contre leurs conditions de travail et réclament une prime

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L'Union fédérale route lance un appel au débrayage pour les transporteurs routiers, ce jeudi. Déjà mobilisée en Seine-Saint-Denis, la CFDT du site FedEx de Tremblay-en-France dénonce "des rythmes de travail infernaux" et réclame une prime de 1.000 euros pour les salariés.

Action de débrayage de l'Union fédérale route FGTE/CFDT sur le site FedEx de Tremblay-en-France ce mercredi 6 mai dès 1 heure du matin
Action de débrayage de l'Union fédérale route FGTE/CFDT sur le site FedEx de Tremblay-en-France ce mercredi 6 mai dès 1 heure du matin - CFDT

Mouvement de grogne dans le secteur des transporteurs routiers. Mécontent des conditions de travail des salariés, l'Union fédérale route (UFR), premier syndicat du transport routier en France, lance un appel au débrayage pour ce jeudi 7 mai. Ils réclament notamment une prime de 1.000 euros pour les salariés, "héros de chez FedEx". Déjà mobilisés, certains salariés du site FedEx de Tremblay-en-France, en Seine-Saint-Denis, ont débrayé dès 1h00 du matin ce mercredi 6 mai.

Les salariés de FedEx à Tremblay-en-France déjà mobilisés

Sur le site du transporteur FedEx de Tremblay-en-France, le débrayage a débuté ce mercredi, et se poursuivra jeudi, annoncent les syndicats. Ils protestent également contre un manque de protection pour assurer leur travail : les masques ne leur auraient été fournis "qu'à partir du 9 avril". En Île-de-France, la grogne monte depuis la fin du mois de mars chez FedEx. Les chauffeurs de poids lourds étaient appelés à exercer leur droit de retrait dès le 30 mars dernier, pour réclamer plus de protection, et après le décès, le 24 mars, d'un intérimaire de 60 ans de la plateforme logistique de Roissy.

Journée "de colère et de deuil"

Selon l'UFR-CFDT, les transporteurs routiers ont payé un lourd tribut en se mobilisant pour assurer le transport de marchandises importantes, "avec pas moins de 5.500 cas de coronavirus déclarés, dont 35 décès". C'est en leur mémoire que les salariés sont invités à porter des brassards noirs lors de cette "journée de débrayage et de deuil". La CFTC réclame, pour répondre à la mobilisation des transporteurs, "une prime généralisée de 1.000 euros pour les salariés des transports". 

Plus globalement, c'est "l'ensemble des salariés [qui] est appelé à une journée de débrayage, dans toutes les entreprises de la CCNTR" (convention collective nationale des transports routiers de marchandises et de voyageurs), ce jeudi 7 mai. L'appel a été lancé il y a plus d'une semaine, alors que "les petites et secondes mains" s'estiment oubliés dans leurs engagements face à la pandémie de Covid-19. Les syndicats protestent notamment contre ce qu'ils considèrent être une injustice : la prime octroyée aux fonctionnaires en première ligne ne les concerne pas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess