Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus Dordogne : l'inquiétude des entreprises de Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord

1.700 entreprises ont répondu à l'enquête commanditée par Chambre de Commerce et d'Industrie de la Dordogne sur les conséquences de l'épidémie. Plus de la moitié craint de devoir fermer dans les mois qui viennent.

Un numéro pour aider les entrepreneurs périgourdins
Un numéro pour aider les entrepreneurs périgourdins - CCI Dordogne

Ce sont pas moins de 7.500 entreprises de 1 à 50 salariés et plus qui ont été contactées du 18 au 24 mars. 1.700 ont répondu, les commerçants à 43 %, puis les hôteliers restaurateurs, les services, la construction, l'industrie et les transports à 2%.

Et pour tous, le constat est le même. L'épidémie et le confinement qui l'accompagne sont synonymes de baisse du chiffre d'affaires pour  85% d'entre eux. Pour plus de la moitié (55%°) cela signifie aussi une fréquentation et des commandes en berne. C'est particulièrement criant pour les commerces (moins 64%) et l'hôtellerie- restauration (moins 58%). 

Des problèmes pour s'approvisionner

C'est une inquiétude qui revient pour plus d'un tiers des entrepreneurs interrogés ; chez les constructeurs d'abord à plus de 86%, mais aussi pour les commerçants, les industriels (à 66%) et les hôteliers restaurateurs.

Et un chômage partiel en hausse 

Les mesures de confinement ont renvoyé de nombreux salariés chez eux, et ils manquent aujourd'hui de ressources humaines dans l'industrie particulièrement. 38% des entreprises contactées ont adopté des mesures de chômage partiel, d'autres sont passées en télétravail quand c'est possible (34%).

Quelles solutions pour passer la crise ?

Devant cette situation tendue où les trésoreries sont malmenées, les patrons font face comme ils le peuvent, en annulant des déplacements et des réunions, en reportant leurs investissements, en réduisant les effectifs. 

Tous se tournent vers l'Etat et espèrent des aides structurelles : le report des échéances sociales ou fiscales, le financement des mesures de chômage partiel, l'étalement des créances ou le maintien ou la demande de prêts bancaires cautionnés par la Banque Publique d'Investissement. Des prêts qu'il faudra tout de même rembourser un jour ou l'autre, même au sortir de la crise. Voilà qui explique sans doute le pessimisme des chefs d'entreprise qui ont répondu à cette enquête. 13 % envisagent de mettre la clef sous la porte dans les jours qui viennent, 25% dans le mois et 57% dans les six mois à venir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu