Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : elle envoie un... savon à Jean Castex et Olivier Véran !

Parce que les savonneries, assez paradoxalement, ne sont pas reconnues "essentielles" en pleine crise du coronavirus, cette professionnelle gardoise vient d'envoyer un savon... au Premier ministre !

Emilie Cassard vient d'envoyer par la Poste un savon, à Jean Castex et Olivier Véran
Emilie Cassard vient d'envoyer par la Poste un savon, à Jean Castex et Olivier Véran - Emilie Cassard

Elle vient d'envoyer par La Poste un savon, à Jean Castex et Olivier Véran ! "Un savon miel lavande pour rappeler à Jean Castex ses origines du Sud "! À Roquemaure, Émilie Cassar a fait passer le message, à sa façon, au gouvernement. Comme d'autres savonniers français, elle voudrait en finir avec ce paradoxe : en pleine crise sanitaire, elle fabrique, justement, le produit de base pour éviter les bactéries, éviter les virus.

Et pourtant, elle ne peut plus les vendre ! Pas considérés comme essentiels, les savonniers ! "_Les savonneries artisanales comme la mienne proposent des alternatives cohérentes aux problématiques sanitaires (...) nos boutiques sont fermées, alors que le savon est en libre accès dans les hypermarché_s". 

Un savon miel lavande pour rappeler à Jean Castex ses origines du Sud

Le premier message est de "faire reconnaître le savon comme produit essentiel. Le code que nous donne la Chambre des Métiers et de l'Artisanat ne nous permet pas de vendre. Nous avons le droit de fabriquer, mais pas de vendre. Comme nous avons l'autorisation de fabriquer, nous n'avons pas d'aide (NDLR : financière)."

"Nous ne sommes pas dupes. Nous savons qu'une réouverture dès maintenant est impossible. Mais s'il devait y avoir encore un nouveau confinement (un quatrième), nous aimerions la prochaine fois pouvoir rester ouverts", indique Émilie Cassar, au micro FB Gard Lozère.

Nous savons qu'une réouverture dès maintenant est impossible. Mais s'il devait y avoir encore un nouveau confinement (un quatrième), nous aimerions la prochaine fois pouvoir rester ouverts" Emilie Cassar

Elle vend normalement ses savons sur les marchés de Roquemaure et Villeneuve-les-Avignon. Sa boutique en ligne de savons artisanaux s'appelle "Côté Bulle". Pour la petite histoire, le ministre de la Santé a pour sa part reçu un savon "menthe poivrée romarin" qui "plaît beaucoup aux clients masculins !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess