Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : en Bretagne, Emmanuel Macron rend hommage aux salariés "qui permettent de nourrir le pays"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique, France Bleu

Le chef de l'État est dans le Finistère ce mercredi après-midi. Emmanuel Macron a visité une exploitation agricole à Cléder, puis un supermarché Super U à Saint-Pol-de-Léon. Il veut ainsi saluer la mobilisation "du monde agricole" et "l'engagement du personnel des magasins".

Emmanuel Macron en visite dans une exploitation agricole à Cléder, dans le Finistère.
Emmanuel Macron en visite dans une exploitation agricole à Cléder, dans le Finistère. © AFP - STEPHANE MAHE

Après avoir présidé le Conseil des ministres, Emmanuel Macron est arrivé peu après 15h30 ce mercredi après-midi au Groupement agricole d'exploitation en commun (Gaec) Roué, à Cléder dans le Finistère. Lors de son sixième déplacement depuis le début de la crise sanitaire liée au coronavirus, le chef de l'État a visité, sans masque, les serres et a échangé avec les professionnels mobilisés en cette période de confinement. 

Emmanuel Macron a notamment rendu hommage aux exploitants et aux salariés "qui permettent de nourrir le pays, la chaîne agro-alimentaire a tenu, je remercie donc toutes les TPE/PME qui ont été là". Selon le chef de l'État, il faut dire : "Merci à la ferme France. (...) On peut en être fier. J'espère que nos concitoyens vont être réconciliés avec ce beau métier qui est celui de nourrir la nation".

L'alimentation et l'agriculture ont été au rendez-vous. (...) Tout le monde a joué le jeu de manière formidable. - Emmanuel Macron

Le chef de l'Etat a salué "des salariés courageux qui parfois avaient peur et qui sont venus". Les propriétaires de l'exploitation, Thierry et Jean-Marc Roué, cultivent sans pesticides et produisent environ 2.500 tonnes de tomates par an. "La crise du Covid n'a pas d'impact sur notre marché jusqu'à présent", a indiqué ce mercredi Jean-Marc Roué. Pour le maraîcher, la visite du chef de l'Etat "est une reconnaissance pour les salariés".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'activité de l'exploitation bretonne se poursuit en effet "grâce au recrutement de personnel par l'intermédiaire de la plate-forme Desbraspourtonassiette, lancée par l'Association nationale des employeurs agricole (Anefa), affiliée à la FNSEA", selon la présidence.

Les exploitants ont plaidé pour une mise en valeur de la production française et critiqué les distributeurs qui ne jouent pas le jeu. "Le citoyen quand il est consommateur ne doit pas oublier d'être citoyen. Il faut se poser la question, d'où vient ce qu'on a dans l'assiette", a répondu le chef de l'Etat. La région de Saint Pol-de-Léon est spécialisée dans la culture de l'artichaut, du chou-fleur et des fleurs coupées.

Soutien également au personnel des magasins

Le chef de l'État a ensuite visité le magasin Super U de Saint-Pol-de-Léon pour une "présentation du partenariat engagé avec les producteurs locaux". Il est allé là aussi à la rencontre des salariés, s'est inquiété de savoir si les mesures de précaution étaient bien mises en place. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Merci d'être là", a répété Emmanuel Macron aux agents d'accueil du magasin. Il s'est également entretenu avec le président du groupe Système U, présent sur place. Et a même accepté un selfie avec une cliente, le supermarché étant resté ouvert durant la visite présidentielle.

Merci de votre présence, c'est grâce à vous qu'on peut continuer dans cette période parce qu'il y a des hommes et des femmes qui sont au travail pour qu'on puisse continuer à s'alimenter. - Emmanuel Macron

Une salariée d'un Ehpad lui a signalé le manque de masques dans son établissement. Réponse d'Emmanuel Macron : "Ils arrivent". Le Président a assuré que la France allait produire "plusieurs millions de masques grand public par semaine, à capacité de filtration très élevée", homologués par l'Afnor. Et il a précisé que l'Etat allait soutenir la relance d'une usine de masques située à Plaintel, dans les Côtes d'Armor.

Mercredi matin, selon nos confrères du Télégramme, les services municipaux ont effacé quelques tags hostiles au chef de l'Etat, tracés sur la chaussée et sur le mur du Super U. 

Des indices sur le déconfinement

Emmanuel Macron a également livré ce mercredi quelques indices sur le futur plan de déconfinement, à partir du 11 mai prochain. Il a évoqué des mesures plus ou moins rapides "selon les secteurs et selon les régions".

"Il y aura peut-être sur certains sujets des étapes qui pourront se passer plus vite dans les endroits où le virus ne s'est pas répandu, a expliqué le chef de l'État. La stratégie de tester, isoler, accompagner doit permettre d'endiguer les choses et d'éviter la montée d'une deuxième vague. On a besoin de faire baisser le nombre de cas quotidien dans le pays pour que ce soit gérable."

Différents ministres ont remis ce mercredi à Matignon une première mouture de leurs plans sectoriels pour l'après 11 mai, qui seront intégrés d'ici la fin du mois dans un projet global aux allures de casse-tête.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess