Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : en Bretagne, les guides-conférenciers sont sans voix

-
Par , France Bleu Armorique

Avec la crise sanitaire, les guides-conférenciers sont dans l'incertitude la plus totale. En Bretagne, on en compte une centaine ayant un diplôme niveau minimum BAC + 3. Ils interviennent pour les offices de tourisme, les tours opérateurs ou les particuliers. Leur activité est à l'arrêt.

Jeanne Bréard et Lionel Besnard guides-conférenciers en Haute-Bretagne
Jeanne Bréard et Lionel Besnard guides-conférenciers en Haute-Bretagne © Radio France - Loïck Guellec

C'est une profession mal connue et pourtant, sans les guides-conférenciers, le public passerait à côté des richesses et de l'histoire du patrimoine d'une région. Très souvent, on se souvient autant d'une visite avec un guide-conférencier que du lieu que l'on a découvert. Mais avec la crise sanitaire, ils sont en grande difficulté. On en compte une centaine en Bretagne, sur 3.000 en France. Ils sont diplômés, niveau BAC + 3, et munis d'une carte officielle.

Aucune réservation

Lionel Besnard est auto-entrepreneur et guide conférencier depuis 2001. Il propose aussi des visites en anglais et en espagnol, les espagnols qui sont de plus en plus nombreux à venir visiter la Bretagne. En 2020, il avait pu sauver l'année grâce à un été bien rempli, mais sans visiteurs étrangers. Cette année, c'est plus inquiétant "c'est peut-être la première année où je n ai eu aucune commande sauf pour les scolaires, mais je ne sais pas si ça sera possible avec eux d'ici la fin juin" explique Lionel Besnard qui s'est inscrit au chômage. "A la fin du premier confinement , j'ai réussi à remplir ma saison avec mes activités de guide de randonnée, ça m'a permis de sauver les meubles" témoigne Jeanne Bréard qui a monté son activité en coopérative en 2019. Elle travaille pour les offices de tourisme, les tours opérateurs ou les particuliers.

Cette fois-ci ça s'annonce plus difficile que l'an dernier. Avec le manque de perspectives et l'absence de réservations, c'est difficile d'être sereine tous les jours - Jeanne Bréard

Les doutes

Les guides-conférenciers serrent les coudes. En Bretagne, ils sont pour la plupart solidaires car il faut tenir quand on fait un métier dont le statut est mal défini. Ils n'ont plus, depuis longtemps, le statut d'intermittents culturels. "Je n'ai pas d'enfants et pas de prêts bancaires en cours. Je peux donc encore galérer. Si ça dure plus longtemps, je devrai changer de métier mais je n'ai pas envie que ça arrive" explique Jeanne Bréard. "Comme beaucoup de guides, je me demande si je vais continuer" s'interroge Lionel Besnard "mais je suis d'un naturel optimiste et je me dis qu'avec un peu de chances on aura une fenêtre en juillet- aout".

J'espère, comme l'an dernier, que la Bretagne attirera une nouvelle fois les Français cet été - Lionel Besnard

Choix de la station

À venir dansDanssecondess