Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus en Dordogne : malgré des aides, "ce sera compliqué de redresser la barre" selon une fleuriste

Par

Depuis l'annonce du confinement, de nombreuses entreprises ont dû fermer boutique. L'Etat a mis en place des mesures économiques pour soutenir les commerçants. Mathilde Gibeaux, fleuriste à St Léon sur l'Isle a pu bénéficier d'un prêt garanti par l'Etat. Mais l'avenir reste incertain.

Mathilde Gibeaux, fleuriste à St Léon sur l'Isle, a pu bénéficier d'un prêt garanti par l'Etat. Mathilde Gibeaux, fleuriste à St Léon sur l'Isle, a pu bénéficier d'un prêt garanti par l'Etat.
Mathilde Gibeaux, fleuriste à St Léon sur l'Isle, a pu bénéficier d'un prêt garanti par l'Etat. - La Pensée Bleue / Facebook

Les commerçants sont en grande difficulté depuis le début du confinement. Pour les soutenir, l'Etat a mis en place des mesures économiques. Parmi ces mesures, il y a le prêt garanti par l'Etat (PGE) versé par les banques. Plus de 250.000 entreprises en difficulté ont déjà touché ces prêts pour s'assurer une trésorerie selon la BPI (Banque Publique d'Investissement). C'est le cas de Mathilde Gibeaux, fleuriste à St Léon sur L'Isle, installée depuis deux ans. Malgré tout, l'avenir s'annonce compliqué.

Publicité
Logo France Bleu

Un prêt garanti par l’État

Le prêt garanti par l’État "est un prêt qu'octroie à une entreprise ou à un professionnel sa banque habituelle grâce à la garantie qu'apporte l’État sur une partie très significative du prêt" explique le gouvernement sur son site. 

Mathilde Gibeaux a pu en bénéficier très rapidement pour s'assurer une trésorerie : "J'ai eu un versement d'argent à hauteur de 25% du chiffre d'affaire de l'année dernière. Je l'ai mis sur un compte pour bloquer cet argent". Elle continue : "Il va me servir pour la réouverture. Il faut racheter des plantes, des fleurs, des matières premières."

Cette aide sera t-elle suffisante ? : "Ce sera assez si nous sommes en déconfinement avant la fête des mères le 7 juin. Si je la rate, je ne donne pas cher du suivi de l'entreprise. Je ne pourrai pas attendre jusqu'à décembre les prochaines fêtes"

Toujours pas de versement des 1.500 euros

Mathilde Gibeaux a également fait une demande pour toucher de l'argent du fonds de solidarité créé par l’État. Le versement est de 1.500 par mois maximum pendant trois mois : "J'ai fait ma demande début avril, je n'ai toujours pas eu de versement" explique-t-elle. Pour cette fleuriste qui s'est installée il y a deux ans, il était déjà impossible de se dégager un salaire avant la crise du coronavirus : "Quand on commence, on a aucun revenu mensuel pour nous. On est pas du tout payé pour notre travail pendant deux, trois ans. Après seulement on peut en vivre".

Cela va être compliqué de redresser la barre - Mathilde Gibeaux

loading

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu