Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Dordogne : le pic de commande est passé pour la fabrique de cercueils Bernier

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord

La fabrique de cercueils Bernier, en Périgord vert, a dû faire face à une augmentation brutale des commandes pendant deux mois. Le pic de production est passé comme le pic de l'épidémie, mais l'entreprise va titulariser quelques intérimaires embauchés en mars.

L'entreprise Bernier fabrique entre 350 et 400 cercueils chaque jour dans son usile de Saint-Jory-las-Bloux
L'entreprise Bernier fabrique entre 350 et 400 cercueils chaque jour dans son usile de Saint-Jory-las-Bloux © Radio France - Harry Sagot

Le pic des commandes n'a duré que deux mois, quand l'épidémie de coronavirus a touché l'est de la France et la région parisienne, et pour le directeur technique Laurent Bernier "_ce n''était qu'un épisode_, et je ne souhaite pas la récidive, pour tout le monde, quand on pense à ce qu'on vécu les familles endeuillées, de ne pas pouvoir voir leurs défunts ou avec des restrictions [...] je ne souhaite pas revivre un tel scenario.

Une fabrication brutalement augmentée d'un quart

Face à l'augmentation des commandes en mars, l'entreprise Bernier a dû réorganiser sa production : une dizaines d'intérimaires ont été embauchés en renfort des 70 salariés de l'usine périgourdine, et les horaires de travail ont été changés, avec une équipe le matin et une autre l'après-midi. Bernier a pu fabriquer plus de 500 cercueils par jour pendant la crise, contre 360 à 400 d'ordinaire. Depuis le mois de mai, la production est revenue à un rythme normal, et les dirigeants de Bernier ne sont pas sûrs que leur chiffre d'affaire soit très supérieur en 2020 ; les cercueils commandés pendant le pic d'épidémie étaient souvent des premiers prix, ou des modèles pour la crémation (donc moins chers). 

Laurent Bernier, directeur technique de l'entreprise, a dû embaucher une dizaine d'intérimaires pour faire face à l'augmentation des commandes

Le groupe Bernier-Probis emploie 70 salariés en Dordogne dans son usine historique de de Saint-Jory-las-Bloux, une vingtaine près de Roanne et six à Navailles-Angos près de Pau, pour une production totale de 125.000 cercueils par an dont 90.000 en Dordogne, vendus en France et en Suisse. La société a aussi racheté une entreprise de logistique en région parisienne.  C'est le troisième fabricant français de cercueils.

L'entreprise Bernier emploie quelque 70 salariés à SDaint-Jory las Boux
L'entreprise Bernier emploie quelque 70 salariés à SDaint-Jory las Boux © Radio France - Harry Sagot
Choix de la station

À venir dansDanssecondess