Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : entre confinement et fermetures, les campings normands sont "en gestion de crise"

Le tourisme en plein air, ce n'est pas l'idéal en période de confinement total. Depuis l'arrêté du 15 mars 2020 interdisant aux campings d'accueillir du public pour faire face au coronavirus, les structures normandes s'adaptent. Et anticipent un énorme manque à gagner.

Plusieurs campings normands étaient déjà ouverts dès le 1er mars. Ils ont dû fermer et renvoyer leurs clients chez eux après l'annonce du confinement.
Plusieurs campings normands étaient déjà ouverts dès le 1er mars. Ils ont dû fermer et renvoyer leurs clients chez eux après l'annonce du confinement. © Radio France - Pierre Neveux

Lorsqu'on passe une bonne partie de son temps en plein air, la période de confinement enclenchée en France ce mardi 17 mars pour plusieurs semaines n'est pas l'idéal, pour le moins. Comme l'arrêté du 15 mars prévoit la fermeture des lieux recevant du public, dès lors qu'ils ne sont pas "essentiels", pour faire face au coronavirus, la question se pose : comment ça se passe pour les 42 campings de Seine-Maritime et de l'Eure ?

Fermeture pour tout le monde

Pas de dérogation pour les amateurs de tentes et de mobil-homes. Tous les établissements vont devoir fermer jusqu'au 15 avril 2020, date précisée par le gouvernement. Certains de nos campings ayant ouvert début mars, ils ont donc dû fermer au moment de l'annonce du confinement :

  • Le Val Boisé à Berneval-le-Grand (76), sur la côte entre Dieppe et le Tréport.
  • Le camping Maupassant à Vittefleur (76).
  • Le camping municipal "Les Fosses Rouges" à Saint-Marcel (27).

Dans l'Eure, "Les Étangs du Bois-Guillaume", à Drucourt, avaient même lancé la machine le 8 janvier dernier !

Mais il y a surtout une majorité qui devait ouvrir à la mi-mars ou début avril, et qui ont vu l'arrêté de fermeture couper court à leurs préparatifs. C'est le cas de cinq établissements dans l'Eure, et de 25 en Seine-Maritime, dont le quatre-étoiles "L'Aiguille Creuse" à Étretat.

"Tout le monde est conscient du problème et ne veut pas l'aggraver." - Karine Louiset, gérante de "L'Aiguille Creuse".

"Il n'y a personne sur le terrain", révèle Karine Louiset, gérante de "L'Aiguille Creuse". Alors qu'elle devait ouvrir le 28 mars, ses 135 emplacements sont déserts, et c'est le même tarif pour les 14 résidents, locataires de mobil-homes à l'année. "On les a prévenus par mail ou téléphone, pas le choix", glisse-t-elle. "Et quand bien même, tout le monde est conscient du problème et ne veut pas l'aggraver."

Des millions d'euros perdus

Le problème est récent et unique en son genre. Il est donc difficilement chiffrable. Certes, pour l'instant, ce n'est que la basse saison qui est menacée (de mars à juin), soit un quart seulement du chiffre d'affaires annuel pour les campings. 

Mais Christophe Lelièvre, président de la Fédération normande de l'hôtellerie en plein air (FRHPA Normandie), anticipe malgré tout une perte de chiffres d'affaires de plusieurs millions d'euros sur la période. De plus, "ces fermetures ont un impact assez désorganisateur sur le travail", avoue-t-il, s'estimant actuellement "en gestion de crise".

"On veut juste éviter de mettre les entreprises en difficulté." - Christophe Lelièvre, président de la FRHPA.

Entre le questionnement des employés et les visiteurs qui avaient déjà réservé... Le président veut rester optimiste : "La plupart des salariés ont été invités à télétravailler, on a pu lancer du chômage partiel. Au niveau national, on débat avec les assurances, les banques, le ministère du tourisme pour trouver des solutions. On veut juste éviter de mettre les entreprises en difficulté."

"Les vacances de Pâques, c'est foutu pour nous."

Et les clients ? 

En voilà, une bonne question. Les clients déjà munis de leurs dates de réservations seront-ils remboursés ? Pas immédiatement. Pour éviter de mettre à mal les trésoreries des entreprises, le gouvernement a publié une ordonnance pour proposer des avoirs valables 18 mois aux clients qui avaient déjà payé leur séjour. "Tous les consommateurs qui n’auraient pas utilisé leur avoir" au bout des 18 mois "seront remboursés de droit en monnaie", précise le décret gouvernemental.

Christophe Lelièvre craint également que la date-butoir du 15 avril ne soit encore repoussée, retardant d'autant le début de saison des campings normands. "De toute façon, les vacances de Pâques c'est foutu pour nous." Il n'imagine pas une réouverture avant le 30 avril, et quoi qu'il en soit, "la saison sera difficile".

Quelles exceptions ?

Les gérants contactés rappellent les consignes qu'on leur a données, elles sont claires : les résidents sont bien concernés par l'arrêté de fermeture d'établissements émis le 15 mars dernier. Au même titre que les visiteurs en tente, ils ne peuvent pas rester confinés sur les terrains de camping. 

En revanche, la Fédération nationale de l'hôtellerie en plein air met en lumière quelques exceptions. Ne peuvent demeurer sur place que :

  • Les gestionnaires et leur famille résident sur le camping à titre d’habitation principale.
  • Les salariés logés sur place.
  • Les travailleurs de sociétés extérieures logés sur place. Par exemple, le réalisateur d'un chantier.
  • Les étudiants suivant leurs études dans la région et domiciliés temporairement dans le camping... même si, en ce moment, les études sont aussi à l'arrêt.
  • Les personnes à la recherche d’un logement vivant la période transitoire dans un camping.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu